Le clip de la semaine : New NXT Theme Song

Bientôt 10 ans que la NXT a été fondée, et cette fédération-école de la WWE est devenue au fil des ans bien plus qu’un simple terrain de jeux d’apprentissage. Avec ses superstars comme Ricochet, Johnny Gargano, Tommaso Ciampa, Velveteen Dream ou Adam Cole, le niveau de la branche jaune a évolué de manière impressionnante, et NXT se pose désormais clairement comme le show le plus impressionnant et le plus dingue de la WWE! Raw et Smackdown peuvent aller se rhabiller ^^

Après des années passées avec l’excellent theme Resistance de Powerflo, 2019 va nous mettre du Slipknot dans les oreilles, puisque c’est All out Life qui a été choisi pour accompagner les superstars cette année! Je vous laisse découvrir l’ancien thème et une vidéo présentant le nouveau, et je vous invite vraiment à découvrir cette branche de la fédération qui mérite d’être bien plus mise en avant que les plus connues!!!

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : Schwarzy VS Sly

Mine de rien, le prochain Terminator débarque bientôt du futur… Si le film est signé Tim Miller (Deadpool), est-ce que cela doit suffire à nous rassurer?? On a droit à une poignée de photos de ce Terminator : dark Fate qui nous montrent Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton et les p »tits jeunes qui prennent la relève. On a Diego Luna qui pourrait le faire en Terminator nouvelle génération, lui qui campait un très bon Ghost Rider dans la saison 4 de Marvel : les Agents du S.H.I.E.L.D. Maintenant, pour Mackenzie Davis, Natalia Reyes et Diego Boneta, je ne sais pas trop quoi penser… Réponse le 23 octobre 2019!

 

On a enfin une date de sortie pour Rambo V : last Blood! L’ultime aventure du vétéran du Vietnam sortira par chez nous le 2 octobre 2019! Dans cet opus signé Alan Grunberg (Kill the Gringo, rien que ça!), Sylvester Stallone reprendra son rôle mythique une dernière fois, alors que John travaillera tranquillement dans un ranch mexicain, profitant d’une sorte de retraite heureuse. Mais c’est sans compter sur un cartel qui kidnappe la fille du propriétaire du ranch… John Rambo ne va pas avoir d’autre choix que de reprendre les armes… Une conclusion que l’on espère toute aussi explosive que l’excellent John Rambo!!!

 

On connaît enfin la durée officielle d’Avengers : Endgame, puisque les frangins Russo ont dévoilé que leur énorme conclusion durerait très précisément 3 heures et 58 secondes!!! Si ça c’est pas de la réponse parfaite, je sais pas quoi vous dire! Bref, on va en bouffer du combat contre Thanos, et bien évidemment, cela en fait le film de super-héros le plus long de l’histoire! Maintenant, il faut surtout qu’il soit un des meilleurs!!! Réponse le 24 avril!!!

 

 

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Maison hantée (Shirley Jackson, 1959)

« Aucun organisme vivant ne peut demeurer sain dans un état de réalité absolue. Même les alouettes et les sauterelles rêvent, semble-t-il. Mais Hill House, seule et maladive, se dressait depuis quatre-vingts ans à flanc de colline, abritant en son sein des ténèbres éternelles. Les murs de brique et les planchers restaient droits à jamais, un profond silence régnait entre les portes soigneusement closes. Ce qui déambulait ici, scellé dans le bois et la pierre, errait en solitaire. » (traduction de Dominique Mols, édition Rivages/Noir, qui a curieusement rebaptisé le livre La Maison hantée…)

C’est en ces termes que débute le roman culte de Shirley Jackson, et ce premier paragraphe nous place d’emblée dans l’atmosphère qui perdurera tout au long du récit. La traduction rend bien justice à la poésie mélancolique de l’auteur, qui va nous prendre par la main et nous emmener visiter Hill House, cette vaste demeure perdue dans laquelle 4 personnages vont se perdre au fil des pages… La qualité d’écriture de Jackson est limpide, et on ne peut que tourner successivement les pages afin de s’en délecter davantage. Sa prose recèle une beauté à la fois sombre et scintillante, de celle qui parvient à jouer avec la texture et la sonorité des mots, pour nous immerger davantage dans ce conte maléfique.

C’est après avoir redécouvert l’excellent essai Anatomie de l’Horreur de Stephen King, que j’ai eu envie de relire ce Maison hantée édité en 1959. Plus de 20 ans ont passé depuis ma première lecture, ce qui m’a permis d’y replonger avec un regard presque neuf. Le retour à Hill House a été un très beau moment, et j’ai accompagné le docteur Montague, Eleanor Vance, Theodora et Luke Sanderson dans leur exploration avec un réel plaisir mêlé de quelques frissons. La précision de Shirley Jackson est impressionnante, et mêlée à une sorte de réalisme éthéré, cela confère à cette oeuvre une ambiance des plus étranges.

« Aucun oeil humain n’est capable d’isoler l’élément précis, qui, dans la composition malheureuse des lignes et des espaces, donne une allure diabolique à une maison. Il y avait là cependant un je-ne-sais-quoi – une juxtaposition insensée, un angle mal conçu, une rencontre hasardeuse entre ciel et toiture -, par lequel Hill House respirait le désespoir.  »

C’est dans ses descriptions terriblement émotionnelles que Shirley Jackson excelle à faire ressortir le mal suintant de Hill House. La maison va happer ses hôtes pour les garder en son sein et jouer avec leurs nerfs. C’est là toute la beauté de ce roman, qui va parvenir à nous faire peur sans jamais nous montrer d’où provient la source! Un souffle d’air glacial, des bruits contre les portes en pleine nuit, des rires et des cris d’enfants qui surgissent… Shirley Jackson va nous emmener dans une véritable maison hantée, mais qui ne dévoilera jamais ce qui se cache en son sein! L’exercice est très périlleux, et pourrait rapidement tourner à l’ennui, si Jackson n’était pas capable de conserver toute notre attention et toute la tension nécessaire à la poursuite de la lecture.

Le docteur Montague va vouloir effectuer des observations précises, et va demander à chacun de rédiger des notes sur les événements qu’ils vont vivre. Jackson va jouer avec l’élément de temporalité, puisque les protagonistes vont passer une bonne nuit de sommeil avant que des événements ne se manifestent enfin. La prose est très bucolique quand il s’agit de dévoiler les alentours de la maison, avec le chemin dans les hautes herbes, la rivière serpentant non loin… Et on revient toujours à un petit détail qui ne semble pas à sa place, juste déposé là pour générer un soupçon diffus de malaise… C’est dans cette approche très précise, voire chirurgicale, que Jackson parvient à nous entraîner à sa suite dans ce récit passionnant!

Il va maintenant me falloir remettre la main sur La Maison du Diable de Robert Wise, l’adaptation cinématographique de ce roman! Et pour ceux qui ont Netflix, vous pouvez tester The Haunting of Hill House, l’adaptation en série dévoilée cette année.

Publié dans Bouquin | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de Famille

Défaite de Famille, c’est un des meilleurs morceaux de l’album La Fête est finie d’Orelsan, sorti en 2017. Aurélien Cotentin y fait encore une fois preuve d’un humour bien trash et son clip est franchement fun!

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Anatomie de l’Horreur (Stephen King, 1981)

En 1981, cela faisait presque 10 ans que Stephen King avait émergé comme étant l’un des auteurs horrifiques les plus côtés, et sa réputation n’allait que grimper encore exponentiellement. Son premier roman, Carrie, avait été un immense succès dès sa sortie en 1974, et chacun de ses ouvrages suivant (excepté ceux publiés sous le pseudonyme de Richard Bachman) rencontrait également le succès. L’auteur avait atteint une telle renommée, qu’il était dès lors légitime qu’il puisse donner son point de vue sur le genre horrifique dans son ensemble. C’est l’idée que lui a suggéré Bill Thompson, l’éditeur ayant publié ses 5 premiers romans lorsqu’il travaillait pour la maison Doubleday. Il lui a proposé de rédiger un essai ambitieux qui représenterait un tour d’horizon du genre horrifique à travers les divers médias où il s’exprime, qu’il s’agisse de littérature, de cinéma, de séries, d’émissions radiophoniques…

King a été rapidement emballé par l’idée, qui lui permettrait d’éclaircir une bonne fois pour toutes de nombreuses questions qu’on lui posait souvent, tel « Pourquoi vous écrivez des bouquins d’horreur? » ou « Pourquoi les gens payent-ils pour avoir peur? ». Après avoir préalablement donné son point de vue lors de diverses conférences ou quelques courts essais (notamment sa belle intro de Danse Macabre), il pourrait enfin s’exprimer totalement et définitivement sur le sujet, en brassant toutes les thématiques du genre et en analysant l’ensemble de ses composantes. C’est ainsi qu’est né cet Anatomie de l’Horreur, paru en 1995 en France, alors qu’il avait été édité en 1981 aux Etats-Unis! Un retard de 14 ans assez inexplicable… Et pour la petite histoire, il ne faut pas confondre cet essai nommé Stephen King’s Danse Macabre en version originale, avec son recueil de nouvelles Danse Macabre paru en 1978, dont le titre original est Night Shift!

Stephen King va donc entamer son tour d’horizon en nous conviant avec beaucoup de nostalgie et d’humour à son enfance et à son adolescence, lorsqu’il découvrait les nombreux romans, films, dramatiques télé et radio qui allaient forger sa passion pour le genre! Son analyse va se faire de manière à la fois structurée et instinctive, sa prose rendant le tout très vivant et bien loin des poncifs barbants et didactiques habituels. Il y met de l’émotion, y glisse des souvenirs, y ajoute une plume entraînante pour nous donner envie de poursuivre cette lecture passionnante qui plonge dans les différents recoins obscurs du genre horrifique. Il va définir ce qu’est un monstre, avec toutes les graduations que cela représente, va analyser des classiques littéraires tels que le Dracula de Bram Stoker ou le Frankenstein de Mary Shelley, mais va aussi nous inviter à découvrir des oeuvres moins connues et pourtant emblématiques du genre, comme le Maison hantée de Shirley Jackson, La Maison d’à Côté d’Anne Rivers Siddons ou le Ghost Story de Peter Straub.

King va nous donner envie de (re)lire des classiques mais également de découvrir des auteurs modernes tout aussi passionnants, et son bouquin est une vraie mine d’or pour les lecteurs! Maison hantée est vraiment excellent, tout comme Les Femmes de Stepford d’Ira Levin, et il y a encore tellement de bouquins à dévorer! Même constat pour le cinéma, puisque cet essai m’a permis de découvrir le méconnu Prophecy – le Monstre de John Frankenheimer, qui s’avère vraiment bon! King va parler de l’influence de films comme L’Exorciste ou La Nuit des Morts vivants, et va aussi traiter d’oeuvres moins connues comme L’Enfant du Diable ou Gog, en revenant aux films de monstres des années 50 comme Des Monstres attaquent la Ville, ou les films de SF du genre Les Soucoupes volantes attaquent (que j’ai du coup revu, et qui est quand même bien ennuyeux passée la découverte gentiment kitsch…).

Son chapitre consacré à la radio est très intéressant, et va nous faire découvrir une époque où les images n’avaient pas encore totalement impacté l’esprit humain. En ce temps, les dramas étaient nombreux sur les ondes, et les auteurs rivalisaient d’ingéniosité pour faire frémir les auditeurs. Inner Sanctum, Dimension X, Suspense et tant d’autres ont fait frissonner dans les années 50, et des auteurs réputés ont participé à ses émissions, à l’image de Ray Bradbury, ou d’Orson Welles lors de sa célèbre émission consacrée à La Guerre des Mondes qui a fait paniquer le pays entier! La suite logique, avec l’avènement de la télévision, sera des anthologies comme La Quatrième Dimension ou Au-delà du Réel!

Anatomie de l’Horreur est un vaste champ de découverte qui va permettre aux lecteurs de mieux cerner les ambitions de l’auteur, et de même comprendre pourquoi on lit ce genre de bouquins! Les explications de King sont simples et finalement très justes : après tout, plonger dans l’horreur et en ressortir indemne, n’est-ce pas une belle manière de se sentir vivant? Je vous invite donc à plonger dans cette oeuvre passionnante et à découvrir des films, des romans, et tout un pan nostalgique qui pourraient bien vous intéresser!

Publié dans Bouquin | Laisser un commentaire