La Fièvre saison 1 (2024)

En 2016, Eric Benzekri créait avec Jean-Baptiste Delafon la série Baron Noir, centrée sur la montée d’un homme politique incarné par Kad Merad. Cette année, il fait cavalier seul pour nous concocter La Fièvre, une série possédant également des ramifications politiques, mais prenant également le pouls d’une société sur le point d’imploser. Racisme anti-blanc, racisme systémique policier, fenêtre d’Overton, la série va évoquer des concepts très contemporains et qui sont rarement évoqués à l’écran, et ça fait du bien de suivre une fiction collant d’aussi près au réel!

Tout commence lors d’une soirée de remise de trophées dans le monde du football, quand un joueur noir met un coup de boule à son entraîneur en le traitant de « sale toubab », le terme « toubab » signifiant « blanc » en langue wolof. Le scandale éclate et le club du Racing est sous le feu des projecteurs, avec sa star Fodé Thiam en mauvaise posture après ce geste et ces propos inexcusables. C’est là que va intervenir l’agence Kairos, qui comprend en son sein des spécialistes de la gestion de crise. Eric Benzekri part d’un postulat qui va avoir des répercussions très importantes, et la façon dont il va articuler les différentes ramifications issues de ce scandale va s’avérer passionnante! Benzekri va s’entourer de Laure Chichmanov et Anthony Gizel afin de rédiger un scénario à la fois très dense et d’une très belle fluidité dans sa progression. Les 3 auteurs nous immergent très rapidement dans cette situation tendue et cette forme d’urgence permanente, inhérente à la gestion de crise. On va découvrir les rouages de ce métier s’appuyant en grande partie sur la psychologie collective, et c’est vraiment un régal de plonger dans ces concepts qui vont théoriser les strates sociales afin de tenter de comprendre comment résoudre ce point de friction qui risque d’embraser le pays.

La mise en scène est à l’avenant, et se combine parfaitement avec ce sentiment d’urgence et ce délitement social. Le metteur en scène libanais Ziad Doueiri s’occupe de l’ensemble des 6 épisodes de La Fièvre, et il n’est pas un inconnu pour Eric Benzekri, puisqu’il avait précédemment réalisé 12 épisodes de Baron Noir. Et c’est à souligner, il avait mis en boîte en 2005 un épisode de l’excellente série Sleeper Cell ! Ziad Doueiri parvient à générer une belle  atmosphère délétère, et il est capable de rendre passionnant des séquences dialoguées parfois conceptuelles qui auraient pu perdre les spectateurs. Ici, il n’en est rien, et la cohésion entre la qualité d’écriture et la maîtrise visuelle fait que l’on a du mal à décrocher de cette série, et que le rythme hebdomadaire s’avère rapidement frustrant ! ^^

Nina Meurisse, vue dans BRI ou Le Ravissement, incarne Sam Berger, l’une des communicantes de l’agence Kairos, et l’actrice s’avère excellente dans la composition de ce personnage passionné, possédant une acuité impressionnante dans sa compréhension des événements et des fluctuations sociétales, tout en devant composer avec un HPI la laissant souvent à l’écart par rapport aux autres. L’énergie du personnage est communicative, et on souffre avec elle lorsqu’elle se trouve dans des phases plus difficiles. Sa relation avec son fils est également traitée avec beaucoup de sensibilité, bénéficiant là encore d’un travail d’écriture exemplaire, complétée avec une mise en scène capable de faire ressortir la beauté de ces moments intimistes. Sam est représentative d’une certaine gauche, éclairée et humaniste, qui sent la nation se fracturer et qui a de plus en plus de mal à supporter le poids de cette chute imminente.

Aux antipodes de Sam, on retrouve Marie Kinsky, incarnée par l’excellente Ana Girardot. Quel plaisir de voir cette grande actrice sortir de ses rôles habituels de femme timide ou naïve! Je l’avais vue dans les excellents La Prochaine Fois je viserai le Coeur ou Deux Moi, et également dans l’excellente série La Flamme ^^ Loin des rôles de femme réservée, elle incarne avec brio une comédienne de stand-up usant d’un humour très à droite, qui de son côté possède tout comme Sam Berger une brillante capacité d’analyse de la société, et qui va appuyer là où ça fait mal pour mettre en lumière les problématiques fortes secouant la France. C’est un plaisir de la voir se lâcher dans une interprétation très cynique et machiavélique, et la joute qui se met en place à distance entre Sam et Marie est captivante!

J’ai été agréablement surpris par la prestation de Benjamin Biolay, qui est très bon dans le rôle du patron du Racing, même si j’étais souvent perturbé par sa ressemblance avec Benicio Del Toro ! ^^ Pascal Vannson est excellent dans le rôle de l’entraîneur passionné et qui ne fait pas dans la langue de bois, ça fait plaisir de voir un personnage avec ce caractère fort, et l’acteur le joue parfaitement! Lou-Adriana Bouziouane interprète quant à elle la militante Kenza Chelbi avec une belle ferveur, ce qui va permettre de comprendre les rouages sous-tendant l’activisme politique, et les compromissions qui sont souvent faites pour certains combats. On voit de l’intérieur le fonctionnement idéologique permettant la cohésion des membres, et c’est très intéressant de plonger dans ces coulisses. J’ai par contre trouvé le personnage de Fodé Thiam sans grand intérêt, si ce n’est pour sa fonction même, avec ce point de départ violent. Mais le personnage reste trop lisse et trop simple, et l’acteur Alassane Diong ne parvient pas à le rendre attachant. Johann Dionnet campe avec une belle aisance le politicien Bertrand Latour, qui va s’allier avec Marie Kinsky afin de rallier l’opinion à ses côtés. Et Xavier Robic incarne le patron de Kairos avec une belle humanité, lui qui doit composer avec l’humeur fluctuante de Sam, en étant tout à la fois protecteur et en imposant des limites.

La Fièvre est une analyse passionnante de notre société actuelle, et va confronter les différents points de vue des protagonistes en les articulant avec une belle subtilité. On a en gros une sorte de combat entre la gauche et la droite, mais qui n’a rien de caricatural car le scénario va user d’une plume acerbe et vive afin de s’immiscer dans le cerveau et les pensées de chaque protagoniste, et cette série apparaît comme une sorte de débat entre 2 bords politiques face à la réalité de notre société actuelle. Eric Benzekri décrit des faits et des tendances, sans nous bassiner avec une quelconque bien-pensance qui forcerait le trait pour obliger le spectateur à prendre un parti. On se retrouve face à ces personnages qui sont le reflet de la population, et on se retrouve du coup face à un miroir nous renvoyant à nous-mêmes, et c’est avec une grande intelligence que le créateur de cette série pose des questions très importantes, en nous donnant des pistes de réflexion sans définir quel camp a finalement raison.

L’analyse est très fine, et même s’il va user de quelques tremplins narratifs pour accélérer le processus (après tout, 6 épisodes aussi denses, ça passe vite!), Eric Benzekri va traiter de racisme, de manipulation médiatique (les séquences entre Marie et l’informaticien pour créer des faux comptes sont excellentes), d’arrivisme politique et d’idéologie, pour nous concocter une série puissante et totalement en phase avec la société contemporaine. La Fièvre est un très beau tour de force, dont la fin ouvre des portes pour une suite qui risque de pulvériser cette première saison!

Publié dans Série | Laisser un commentaire

Monkey Man (Dev Patel, 2024)

L’acteur anglais Dev Patel a été révélé dans le Slumdog Millionaire de Danny Boyle, et on se souvient encore de lui dans l’émouvant Lion. On a aussi pu le croiser dans le très bon The Road Within où il gérait ses TOC comme il pouvait ^^ On savait qu’il était un très bon acteur, on découvre aujourd’hui d’autres facettes de son talent, puisqu’il a co-écrit et mis en scène ce Monkey Man qui est son premier long métrage. Et pour un coup d’essai, on est sacrément surpris par la solidité et la qualité de l’ensemble, avec ce récit d’une vengeance longuement mûrie qui va enfin pouvoir s’exprimer !

Le Monkey Man du titre fait référence à Hanumān, un dieu issu de la religion hindouiste, dont la référence va être bien plus forte que la simple apparence physique. Au-delà du masque du dieu-singe, Dev Patel va baigner son film dans la culture indienne avec ses croyances et ses rites, pour donner une aura mystique originale et dense. Dev Patel inscrit également son film dans l’histoire sanglante de son pays d’origine, en évoquant les émeutes communautaires, qui ponctuent tragiquement la vie des musulmans indiens depuis les années 1950 et la partition du pays. L’approche de l’acteur-réalisateur est donc très sérieuse, et va conférer à ce récit vengeur une belle trame réaliste.

De nombreuses critiques comparent le film avec un certain John Wick, et ça tombe bien, Patel lui-même reconnaît directement la filiation lors d’une scène ! ^^ Le personnage incarné par Keanu Reeves avait aussi de quoi être bien énervé, et c’est intéressant de voir les parallèles entre les 2 héros et leurs films respectifs. Mais celui de Dev Patel s’inscrit dans un cadre plus intimiste et plus désespéré, en iconisant moins son personnage et en recherchant davantage de réalisme que de prouesses graphiques. Mais cela ne veut pas dire que ce Monkey Man délaisse sa partie picturale, car Dev Patel fait preuve d’une aisance cinématographique très étonnante, surtout pour un premier long métrage ! On sent évidemment l’influence de John Wick, mais  également celle du travail de Gareth Evans sur ses séminaux The Raid et The Raid 2, qui resteront des monuments difficilement atteignables !

Avant que l’action se mette à exploser, la mise en place s’avère nerveuse et racée, et on sent le film monter en puissance peu à peu. Lors des séquences plus calmes précédant la tempête, Dev Patel filme avec un sentiment d’urgence sous-jacent, imprimant un rythme soutenu et tendu à son film. Et quand c’est le moment de tout lâcher… Et bien il faut admettre que Dev s’inscrit dans une mouvance johnwickienne qui fait plaisir à voir et qui imprime durablement la rétine ! Il se permet d’ajouter des détails très originaux lors de certains combats, et on ressent d’une manière bien puissante les impacts des coups portés! On savait que Patel était un acteur talentueux, et on lui découvre encore une certaine intensité que l’on n’avait pas forcément vue chez lui, et il excelle dans ce rôle vengeur le portant aux portes de la folie et de la mort ! L’intensité dans son regard, dans la façon dont il façonne son corps, dans la puissance avec laquelle il déverse sa rage, font de ce personnage anonyme une sorte de Baba Yaga version indienne qui ne déplairait pas à notre cher John W. !

Comme dans The Raid (ou dans Dredd !), le personnage va devoir physiquement gravir les étages d’un bâtiment afin de se venger de celui qui tire les ficelles, et cette élévation prend un sens presque religieux avec les différents éléments disséminés le long du métrage. Dans ce genre de films d’action, on a également des phases classiques à respecter, avec une première tentative, une chute, et un retour du héros après une phase initiatique. Cette trame classique va être très intelligemment utilisée par Dev Patel, qui va prendre le temps de traiter chacune des étapes en la replaçant dans le contexte historique difficile de son pays, et les réminiscences du passé vont être primordiales dans la motivation du héros. Le lien très fort avec son passé va s’avérer très touchant, et va contribuer à la fois au réalisme du récit, mais aussi à la justification de tout ce déferlement de violence.

Dev Patel va user de plusieurs techniques visuelles pour mettre en lumière les chorégraphies de ses combats, et on va assister à des séquences très généreuses se permettant de belles originalités. La poursuite habituelle en voiture va être remplacée de manière drôle et efficace ! ^^ Et les combats au corps-à-corps réussissent à être très impactants, grâce notamment à un très beau travail photographique de l’Israélien Sharone Meir, qui a notamment travaillé sur La Dernière Maison sur la Gauche, Mean Creek ou encore Whiplash. Le film bénéficie également d’une très belle musicalité, Dev Patel accompagnant ses séquences au rythme d’une bande-son se mêlant parfaitement à l’action. La séquence de l’entraînement est à ce titre bien originale et captivante, et les sons créés par Jed Kurzel enveloppent efficacement ce récit vengeur !

Monkey Man est une très belle découverte, et mérite son statut de film d’action désespéré et percutant ! Avec un Dev Patel impérial dans un rôle très physique, qui a réussi à gérer le travail d’écriture et la mise en scène avec une très belle puissance !

Publié dans 2020's, Cinéma | Laisser un commentaire

Personne ne doit savoir (Claire McGowan, 2019)

Je dois avoir une attirance inconsciente pour les auteurs irlandais en ce moment, puisqu’après avoir dévoré Traqués, La Chaîne ainsi que la trilogie Michael Forsythe d’Adrian McKinty, voilà que je tombe sur Personne ne doit savoir de la romancière Claire McGowan, qui comme McKinty, est originaire du nord de l’Irlande. Le romancier s’est expatrié très jeune vers les Etats-Unis, tandis qu’elle a préféré aller vivre à Londres. Née en 1981, Claire McGowan est attirée très tôt par l’écriture, puisque c’est à l’âge de 9 ans qu’elle rédige son premier ouvrage ! Un livre qui ne sera pas publié, puisque elle admet qu’il ne possède pas grand intérêt ^^ Mais cela prouve un amour réel des lettres, et c’est en 2012 qu’elle se lancera réellement avec la parution de The Fall, qui l’inscrira rapidement dans un courant policier teinté d’une certaine approche psychologique.

En 2019 paraît Personne ne doit savoir, que l’on peut qualifier de roman policier en mode Desperate Housewives. En effet, on va s’immiscer dans l’existence d’une bande d’anciens amis de fac, qui ont plus ou moins réussi à garder le contact depuis tout ce temps, mais qui n’avaient pas été réunis tous ensemble depuis bien longtemps. Alison et son mari Mike vont accueillir les convives dans leur belle maison du Kent, où ils vivent avec leurs enfants Cassie et Benji. Leurs amis sont composés de Callum et Jodi, de Karen et de Bill. Callum et Jodi attendent leur premier enfant, tandis que Karen est une mère ayant élevé seule son fils Jake, et que Bill est un baroudeur sans trop d’attaches. On plonge très rapidement dans cette histoire, car Claire McGowan commence directement par la découverte du drame ayant eu lieu, avant de remonter quelques heures auparavant pour mettre en place toute son intrigue. Sous ses airs de dîner presque parfait, Personne ne doit savoir possède un rythme et une solidité qui étonneront plus d’un lecteur !

En effet, il y a véritablement un côté Agatha Christie ou whodunit à la Hitchcock, avec comme précisé auparavant une touche moderne à la Desperate Housewives. On pourrait croire que ce mélange pourrait donner une certaine artificialité à ce roman, mais au contraire, la maîtrise d’écriture de McGowan parvient à donner une réelle intensité à ce qui de prime abord pourrait n’être qu’une sorte de variation ludique à la Cluedo. Son approche psychologique est capitale pour donner corps aux personnages et pour souligner les terribles enjeux de cette soirée où tout a basculé, et ce qui aurait pu n’être qu’un simple jeu de recherche du coupable se densifie grâce aux identités diverses des personnages et à leur réalisme. Claire McGowan parvient à faire de ce Personne ne doit savoir un véritable page turner, car les découvertes et les révélations vont s’enchaîner à un rythme soutenu, tout en conservant une bonne dose de réalisme.

Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer lors de cette soirée, me direz-vous, alors que ces 9 personnages étaient réunis ? Les retrouvailles entre amis ont été marquées par un terrible drame, puisque en pleine nuit, Karen revient du jardin et entre dans la maison avec des marques de strangulation et du sang, en affirmant que Mike l’a violée. Mike est donc le mari d’Alison, le couple accueillant les convives, et cette révélation va ébranler tout le monde. La police arrive rapidement sur les lieux, et l’enquête démarre afin de déterminer les circonstances et les motivations de cet acte odieux. La soirée a été très arrosée et certains ne se rappellent pas tout ce qui s’est passé, ce qui est le cas de Mike notamment. C’est compliqué lorsqu’on est accusé de viol, même s’il affirme tout de même ne pas être capable de perpétrer un tel acte. La petite bulle des amis vole irrémédiablement en éclat, et Alison va tout faire pour prouver l’innocence de son mari.

Mais les révélations successives vont mette à mal chaque tentative de se raccrocher à quelque chose de solide, un peu comme si on avait l’impression de marcher sur un sol dur mais qui va s’avérer juste composé de sables mouvants. Entre les découvertes sur le passé de la fac et les révélations du présent, Alison va se retrouver dans une tempête psychologique des plus destructrices… Claire McGowan use d’une plume très agréable et envoûtante, qui masque sous sa simplicité apparente une efficacité redoutable ! Son livre s’inscrit de manière très intelligente dans la veine #metoo, avec une vision très réaliste des rapports hommes-femmes évitant la binarité du féminisme idéologique habituel. Chez McGowan, les hommes ne sont pas tous des salauds, et les femmes ne sont pas toutes des saintes, ce qui est à la fois très réaliste et permet de garder un véritable suspense dans la narration. La progression de son roman s’avère très solide, et on est vraiment happé par cette intrigue pourtant toute simple, mais dont on veut connaître la résolution. Le fait de faire le pont entre le présent et la période de la fac, en 1996, avec à l’époque un autre drame ayant frappé cette jeunesse dorée, cela procure une certaine complexité à l’ensemble, tout en permettant de mieux comprendre les événements du présent.

McGowan va traiter de thématiques très sensibles, comme la notion de consentement, et elle va le faire avec une vision à la fois neutre et très humaniste. Une fois encore, on est très loin du féminisme actuel, et ça fait du bien de voir une femme traiter un tel sujet avec une sincérité et une ambition détachées du moindre caractère politique ou idéologique! Les dialogues entre Alison et sa fille Cassie, qui est en âge d’avoir ses premières relations sexuelles, vont s’avérer à la fois touchantes et très réalistes, avec cette sorte de pudeur liée au sujet même. On se rend également compte que la jeunesse actuelle est très exposée face à ces sujets, et Claire Mgowan fait également un pont générationnel pour souligner les évolutions face à ces thématiques. Elle va également s’intéresser aux répercutions médiatiques, ainsi qu’à la façon dont les entreprises gèrent ce type de situation. Car l’image d’un homme accusé de viol n’a rien de bon pour une boîte, et c’est là que l’on voit les limites de la présomption d’innocence. Que ce soit au niveau intime, professionnel ou médiatique, Claire McGowan va traiter son sujet d’une main de maître en oubliant aucune strate de son intrigue, et Personne ne doit savoir est un vrai petit régal !

On n’est pas dans un roman d’infiltration, on n’est pas dans de la SF ambitieuse, et pourtant, sous ses airs de bouquin passe-partout, Personne ne doit savoir va développer un véritable suspense et va s’avérer haletant ! Une très belle découverte avec cette auteure irlandaise que je vous recommande fortement !

Publié dans Bouquin | Laisser un commentaire

Livre Noir : Infiltrée au coeur de l’extrême gauche

Je n’avais pas encore eu l’occasion de m’intéresser au magazine Livre Noir, mais le teasing fait par Erik Tegnér sur ce 3ème numéro avait vraiment de quoi intriguer. L’enquête en immersion s’annonçait passionnante et ouvrait à des répercussions très percutantes, je me suis donc empressé de le précommander afin de pouvoir le découvrir le plus rapidement possible. Avant d’être un magazine, Livre Noir est un site internet et une chaîne YouTube taxée d’extrême-droite, ce qui est évidemment une dénomination choisie par leurs opposants. Je me suis surtout aperçu qu’il s’agit d’un média d’investigation rigoureux et dont les membres possèdent, pardonnez-moi l’expression, de sacrées paires de cojones pour mener leurs enquêtes aussi loin qu’ils le font! La preuve en est avec ce magazine dont la majeure partie va s’intéresser au travail de terrain d’une de leur journaliste, qui a fait preuve d’une abnégation et d’un courage exemplaires, pour mener à bien sa mission et faire la lumière sur les actions et les motivations de nombreux collectifs, groupes et associations de gauche, qui pour le coup vont mériter l’ajout de l’adjectif « extrême »…

En amont de la parution de ce 3ème numéro, Erik Tegnér, le directeur de la rédaction, évoquait les ramifications de l’enquête mais également l’aspect sécuritaire par rapport à la jeune journaliste ayant effectué ce travail d’infiltration. Son nom n’avait pas encore été dévoilé, mais elle témoignerait à visage découvert et bénéficierait d’un service de protection, cette enquête allant certainement ouvrir à des représailles plus ou moins violentes. Encore une fois, il faut saluer le courage de cette femme qui a osé aller aussi loin dans le but de nous faire comprendre les mécanismes froids et déshumanisants de ces différents groupes prônant officiellement une vision libertaire, altruiste et désintéressée de leurs combats. La réalité est tristement plus terre-à-terre, égoïste, voire condamnable dans de nombreux cas…

Elle s’appelle Pauline Condomines, et durant 6 mois, elle a travaillé dans l’ombre pour récolter des preuves (documents, photos, vidéos), se fondre dans les groupes, participer à des actions, afin de pouvoir nous expliquer les modalités de fonctionnement et les moteurs de ces différents collectifs. Si son infiltration a duré 6 mois, sa source remonte à avril 2023, avec une première approche d’un collectif afin de comprendre les rouages sous-tendant leurs actions. Cette première approche s’est faite au sein de l’association Utopia 56, qui officiellement vient en aide aux mineurs non accompagnés (MNA). Et dès le départ, Pauline a compris que les mensonges et la violence allaient être des outils quotidiens, alors qu’elle n’avait pas encore réfléchi à sa mission d’infiltration, dont l’idée allait rapidement germer dans son esprit…

Cette enquête s’avère tout simplement passionnante, et j’ai rarement lu des pages aussi immersives, précises et factuelles. Pauline ne s’est pas laissée allé à user d’une plume acerbe comme on aurait pu le craindre, venant d’une journaliste de droite s’immisçant dans le quotidien de personnes de gauche. Elle fait preuve d’une déontologie exemplaire et assure une certaine neutralité, dans le sens où tout ce qu’elle va relater va être constamment sourcé, ce qui est évidemment essentiel pour un travail journalistique de qualité. Erik Tegnér et son équipe ont bien précisé en amont qu’ils s’étaient préparés à toutes les attaques qui ne manqueront pas de pleuvoir suite à cette enquête explosive! Comme l’explique très bien Pauline, sa motivation a été d’abord toute personnelle, car elle a voulu savoir factuellement ce qu’il en était face à une question très simple : ces demandeurs d’asile étaient-ils effectivement des mineurs, en ce cas, les refus d’aide n’étaient bien sûr pas légitimes, ou étaient-ils des adultes tentant de se faire passer pour mineurs? La question est simple, et la réponse au cas par cas ne peut être que simple également, voire binaire : c’est oui ou c’est non. Est-ce que les gens de gauche mentent pour aider tout le monde, ou est-ce que les gens de droite veulent empêcher que l’on aide les plus démunis? Je vous laisse vous procurer le magazine 😉

Ce qui impressionne dans son enquête, c’est la rapidité avec laquelle Pauline passe d’une association à une autre, la porosité entre tous ces groupes étant impressionnante ! Un collectif anti-sioniste va fonctionner de manière concomitante avec une association féministe, un groupe d’éco-activistes, ainsi que des fichés S, dans une sorte de maelstrom qui tend à indifférencier chacun, dans une sorte de convergence des luttes confinant à l’absurde ! Des féministes peuvent-elles vraiment garder le silence face à des viols, afin que les associations fonctionnent ensemble? Oui, cela ne pose aucun  problème! On va assister à des aberrations de très haut niveau, comme avec des gens se réclamant antifas, mais dont les agissements ne dénoteraient pas chez les plus fervents néo-nazis d’extrême-droite! Ce magazine est de nécessité publique, et cette enquête est une plongée captivante au sein des dérives de l’extrême-gauche, qui se réclame donc d’une gauche sociale alors qu’elle ne fait que bafouer les droits des personnes qu’elles sont censées aider… Il ne faut bien évidemment pas mettre tout le monde dans le même sac, on connaît la rengaine, que ce soit à gauche ou à droite. Mais le travail de Pauline Condomines va être très précis et va dévoiler des éléments dans chaque association infiltrée, pour démontrer que ces groupes utilisent activement le mensonge et la violence afin de faire avancer leur agenda politique.

Sans trop en dévoiler, car je vous invite fortement à vous procurer cet excellent magazine, je vais vous donner quelques indications sur le caractère de ces enquêtes, avec quelques exemples. Pauline a infiltré le groupe Urgence Palestine, dont le complotisme antisémite va jusqu’à faire croire à certains que les attentats islamistes perpétrés par Daech l’ont en fait été par les Juifs… On est à un niveau stratosphérique de complotisme pour certains, et ça fait franchement peur… On a une personne qui dénonce « l’instrumentalisation habituelle du viol, sachant qu’il n’y a aucune preuve de viol systémique le 7 octobre » (page 17). « L’union européenne doit bombarder Israël », dit une autre militante (page 19). Utiliser des pancartes disant « Le kérosène, c’est pas pour les avions, c’est pour brûler les flics et les patrons! » ? Bien sûr, ça passe crème pour les manifestants, qui sont totalement étonnés que Gérald Darmanin puisse les accuser d’incitation à la haine et à la violence. Le mensonge va loin, car une militante propose aussi : « Nous avons un médecin au sein de l’association Mplp qui peut faire des CM (certificats médicaux) pour coups et blessures si besoin. » Si les policiers ne sont pas assez violents, on peut donc toujours inventer une violence policière avec certificats à l’appui… Je vous donne des exemples décousus, mais je vous invite vraiment à lire l’enquête dans son intégralité, pour vous rendre compte de la décontraction et de l’impunité avec lesquelles ces associations utilisent le mensonge et la violence pour se faire passer pour le camp du bien… C’est tout simplement édifiant, et le travail de Pauline Condomines est des plus remarquables à cet égard.

Elle va encore participer à des action dans des ZAD, notamment sur le chantier de l’A69, elle va infiltrer des collectifs de sans-papiers, qui ne vont pas hésiter à bien préciser aux migrants que s’ils ne participent pas aux manifs, ils ont peu de chance de se voir octroyer des papiers. Dans le genre instrumentalisation des gens, ça en dit beaucoup sur le caractère humaniste de ces militants… Qui n’hésitent pas non plus à garder des familles de migrants éveillées toute la nuit pour manifester, en leur refusant un logement et en leur disant que c’est le seul moyen d’en obtenir un. L’amour de son prochain dans toute sa splendeur… Je ne vous ai évoqué ici qu’une infime partie de ce que vous découvrirez sur la réalité de ces associations, et il était temps que cela soit évoqué de l’intérieur, et il aura fallu l’immense courage et le très grand dévouement d’une journaliste digne de ce nom pour faire la lumière sur de tels agissement. Merci Pauline Condomines pour ce travail exemplaire !!!

Publié dans Investigation | Laisser un commentaire

News : Woking with the Alien

On pensait qu’au vu de ses échecs successifs au box-office, Disney aurait enfin compris qu’il fallait arrêter de massacrer les adaptations dont il avait la charge, pour enfin les traiter avec un minimum de respect quant au matériau de base. La réécriture de la série Daredevil : Born Again, la très bonne approche consacrée à Echo, le choix de miser sur moins de productions… Mais les velléités de prendre en compte l’essence même des comics aura été de courte durée, ou plutôt, elle devrait peut-être s’appliquer du côté de la branche Marvel Spotlight, tandis que le MCU plus familial devrait continuer à nous offrir des arrangements/détournements/réécritures qui n’ont pas lieu d’être…

On apprend donc aujourd’hui que l’excellente actrice Julia Garner a été sélectionnée pour incarner Shalla-Bal dans le prochain film The Fantastic Four. Un choix judicieux vu le talent de la jeune femme et son ascension dans le monde du cinéma et des séries. Mais là où ça fait forcément grincer des dents, c’est que sa Shalla-Bal sera … La Silver Surfer ! Et pour justifier ça, on va vous sortir une couverture d’Earth X présentant une version alternative de Shalla-Bal transformée en Silver Surfer, pour expliquer que ce personnage existe dans les comics. Oui il existe, tout comme El Muerto qui est apparu en tout et pour tout dans 2 comics Spider-Man, ce qui justifiait la mise en production d’un film lui étant consacré selon Sony ??

Le Silver Surfer est un personnage créé par Jack Kirby en 1966, et qui depuis bientôt 60 ans, est l’alter-ego tourmenté de Norrin Radd, un homme dont les pérégrinations cosmiques et le désespoir amoureux ont donné des pages très tragiques du côté de chez Marvel. Je vous invite à lire les épisodes de cette belle époque, qui sous l’impulsion du génial Kirby, apportent leur lot de questionnements existentiels et métaphysiques, et donnait une touche très novatrice à ce titre. Depuis 60 ans, le Silver Surfer EST Norrin Radd, tout simplement. Et Shalla-Bal est sa compagne qu’il a dû quitter afin de sauver son monde, Zenn-La. Et aujourd’hui, on apprend donc que Marvel a décidé de s’affranchir de cet historique faisant partie intégrante du personnage, en mettant tout simplement de côté le personnage emblématique de Norrin Radd, afin que Shalla-Bal devienne la Silver Surfer. Une fois encore, on réécrit l’histoire pour mieux coller avec l’idéologie du moment…

Est-ce qu’on imaginerait que dans le prochain film consacré aux X-Men, le personnage de Tornade soit incarné par un homme ? Ca enlèverait selon moi ce qui fait l’essence du personnage, et on se dirigerait vers une adaptation qui passerait forcément à côté de son but. Imaginez si le reboot de DC Comics faisait que le personnage de Wonder Woman soit transformé en homme ? Ca s’appellerait Wonder Man et ça deviendrait une série Marvel me direz-vous, mais non je ne parle pas de Simon Williams! ^^ A un moment, il faut accepter que ce qui fait l’essence même d’un personnage, ça puisse être son côté masculin ou féminin, et dans certain cas son ethnie. On imaginerait jamais Black Panther pakistanais, coréen, marocain ou tchétchène, ça serait juste déplacé au vu de l’importance de l’aspect tribal et de l’iconographie africaine spécifique véhiculée par le personnage, on est d’accord ? Et pour Black Panther, on a effectivement les versions masculine et féminine, puisque Shuri a également endossé le costume.

Voir le Silver Surfer se faire massacrer à ce point par Marvel, c’est assez déroutant, surtout que je pensais que le studio avait compris ses errances wokistes et qu’il commençait à faire machine arrière. Alors certains avancent la carte du déroulement de ce film dans un univers parallèle, ce qui en soit n’est pas improbable du tout. Et donc, cette Shalla-Bal serait devenue le Silver Surfer dans cet univers, et on rencontrerait à un moment Norrin Radd en tant que Surfer. Mais les choix de communication qui sont faits ne mentionnent pas cette possibilité, et le studio sait pertinemment qu’une partie du public est sévèrement blasée par leurs choix purement idéologiques. Ils auraient dû communiquer sur le fait que ce film ne se déroulerait pas dans l’Univers-616, mais là, le doute est permis. En soi, je ne serai pas contre l’introduction d’une Silver Surfer si le vrai Surfer pointe le bout de sa planche rapidement. Mais le choix de laisser planer le doute va plutôt dans le sens d’une mise à l’écart de Norrin, ce qui serait franchement ridicule. On se souvient de l’apparition des Illuminatis dans le très bon Doctor Strange in the Multiverse of Madness, et voir une surfeuse arriver de cette manière-là aurait été franchement cool et méta. Mais au vu de la communication (ou de l’absence de communication), on risque d’être loin du caméo, et d’avoir réellement une Silver Surfer principale dans le MCU, au détriment du personnage emblématique de la Maison des Idées.

A force de détruire leurs personnages, Marvel/Disney sont juste en train d’éloigner les spectateurs des salles de cinéma, et honnêtement, moi qui ai suivi l’ensemble des productions marvelliennes depuis le tout début, et qui ai même réussi à poursuivre à l’ère de She-Hulk : Avocate (période où j’avais clairement failli lâcher), je me pose la question de la pertinence de continuer à participer à cette destruction en allant voir ce film au cinéma. Il y a une réelle fatigue super-héroïque en ce moment, mais elle est due à cette idéologie qui sous couvert d’ouverture d’esprit, ne fait que saborder tout le travail de ceux qui souhaiteraient juste faire de bons films, et qui ne rend aucunement hommage aux comics originaux en n’offrant que des réécritures au forceps afin d’inclure un maximum d’inclusivité… L’esprit de tolérance n’a rien à voir avec ça, et l’ouverture d’esprit non plus. A un moment ça devient juste incroyablement ridicule, et il n’y a plus aucune logique derrière la mise en place de certains projets…

Vivement que Mahershala Ali abandonne le rôle de Blade à Jean Dujardin, que François Berléand annonce qu’il jouera Galactus, et que Paul Mirabel pique le rôle de la Femme Invisible !!! Honnêtement, ça me paraîtrait une suite assez logique…

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire