Les news de la semaine : American Dream

Après le poussif American Nightmare 5: sans Limites, on apprend que la franchise chère à Jason Blum devrait revenir sur de bons rails, avec le retour de James DeMonaco à la réalisation, mais ce n’est pas tout! C’est Frank Grillo lui-même qui confirme son retour dans la franchise, initié dans l’excellent second opus, avec son personnage en mode Punisher! DeMonaco a déjà envoyé le script à l’acteur, donc ça devrait aller vite! ^^ En tout cas, le personnage de Leo Barnes est clairement l’un des plus intéressants de la série, et on espère que le côté actioner reprendra le pas sur l’aspect trop lisse du dernier film.

 

Expendables 4 a bien été officialisé, et sera mis en scène par Scott Waugh (à qui on doit Need for Speed, ça commence bien). On aura bien évidemment Sly de retour, mais il devrait avoir un rôle secondaire cette fois-ci, puisque cet opus 4 sera centré sur le perso de Lee Christmas, incarné par Jason Statham. Du côté des retours, on aura droit à Dolph Lundgren et Randy Couture, et du côté des p’tits nouveaux, ça brasse large avec Megan Fox, 50 Cent et Tony Jaa, auxquels vient s’ajouter cette semaine l’excellent Andy Garcia! Va-t-il incarner un personnage à la Mel Gibson dans Expendables 3? Patience, mais même si le second opus reste de très loin le meilleur, on garde quand même un oeil sur cette nouvelle séquelle, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise…

 

Une affiche pour la prochaine série Hawkeye! Diffusion à partir du 24 novembre!

 

Et quelques images pour Les Eternels, qui débarquera au cinéma le 3 novembre!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : DJ Shadow – Midnight in a perfect World

Un classique parmi les classiques avec ce Midnight in a perfect World, issu de l’album intemporel Endtroducing….. Un album cité dans le Guiness Book d’ailleurs, puisque DJ Shadow l’a presque intégralement élaboré à partir de samples!!! Un travail des plus méticuleux pour un résultat sublime, Endtroducing….. étant considéré comme l’un des 100 meilleurs albums de tous les temps par le magazine Time! Ce n’est pas moi qui leur donnerait tort, et c’est toujours un plaisir de replonger dans l’atmosphère si particulière due à Joshua Paul Davis, et ce Midnight in a perfect World est parfait pour entamer le voyage… Je vous invite vivement à poursuivre le trip avec cet album de 1996 qui se réécoutera encore aisément dans plusieurs décennies…

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Code of Honor (1997)

Après le mythique Marvels signé Kurt Busiek et Alex Ross, il fallait bien continuer l’évocation de la mythologie MarvelMarvels entreprenait de faire redécouvrir tout un pan de l’histoire de l’univers créé par Stan Lee, et prenait pour personnage principal Philip Sheldon, un journaliste qui était en première ligne pour suivre la révolution qu’allait être l’apparition de ces êtres à super-pouvoirs. L’épopée Marvels brassait 20 années de combats homériques et de lutte entre le Bien et le Mal.


Le succès de la mini-série de Busiek et Ross ne pouvait pas rester sans suite, et Code of Honor (publié dans les revues Marvel Méga 6 et 7) explore la période sombre des années 80 en utilisant les mêmes techniques que sur Marvels. La tâche incombe à Chuck Dixon de revisiter les événements majeurs du Marvel Universe, vus cette fois-ci à travers les yeux de Jeffrey Piper, jeune flic noir tout juste promu. Dixon est aidé par divers dessinateurs (Tristan ShaneBrad Parker, Vince Evans, Terese Nielsen,  Daerick Gross, Bob Wakelin et Paul Lee) pour donner corps à l’obscurité régnant dans les rues de New York.

Les peintures étonnantes qui illustraient Marvels apportaient une touche de réalisme inédite, et permettaient de replonger de manière immersive dans l’âge d’or des héros. Le procédé étant efficace, il est à nouveau utilisé sur Code of Honor, dont la mise en scène s’en trouve grandie. Visuellement, c’est vraiment très beau, avec cette touche de réalisme dans les traits des visages et dans le choix des plans.

Quel personnage utiliser pour signifier la déchéance et le danger de la métropole new-yorkaise des années 80? Le Punisher est tout indiqué pour endosser ce rôle, et Jeffrey Piper va se retrouver face à lui à plusieurs reprises. La confrontation entre une vision claire de l’ordre et une version plus radicale de la justice va bien faire comprendre l’évolution des mentalités, et la perte de l’innocence qui avait suivi le décès de Gwen Stacy. Après ce tragique événement dans le monde Marvel, plus rien n’allait être comme avant, et les combats manichéens allaient devenir bien plus subtils.


Code of Honor déroule donc un récit dont la construction est similaire à celui de Marvels, et qui brasse aussi de multiples années à travers le regard parfois émerveillé, parfois craintif d’un humain « normal ». L’effet de nouveauté en moins, Code of Honor se suit comme un guide historique de l’univers Marvel. Les apparitions de Daredevil, du Caïd, le mariage de Vision et de la Sorcière rouge, le retour des héros après les Guerres secrètesInferno… Autant d’événements relatés par Chuck Dixon afin de se remémorer les différentes étapes de cet univers.

Code of Honor est une lecture très agréable permettant aux néophytes de s’y retrouver dans la chronologie Marvel, et aux connaisseurs de redécouvrir d’un autre point de vue les événements cataclysmiques qui ont secoué New York dans les années 80.

Publié dans Marvel Classics | Laisser un commentaire

Alias 1 : Le Piège

Je me suis récemment relu le 1er tome de la série Alias, publiée chez Marvel à partir de novembre 2001. Rien à voir avec Jennifer Garner, cette Alias étant une boîte d’investigations, dont la seule salariée s’appelle Jessica Jones, et est une ancienne super-héroïne ayant décrochée (oh, un jeu de mot subtil!) pour se lancer dans une carrière de détective privé. D’ailleurs, elle faisait partie des séries Marvel à l’ère Netflix, à voir juste ici!


Brian Michael Bendis aime le polar, c’est connu. Et il inaugurait à l’époque la collection Max avec ce récit aux tonalités sombres et aux machinations tordues, où la pauvre Jessica se lance dans une affaire extrêmement louche. Le récit réserve des zones d’ombre et des surprises écrites avec beaucoup de soin par un auteur talentueux. On est immergé dès le début dans cette histoire que Bendis traite avec beaucoup de sérieux, mais aussi avec une certaine dose d’autodérision. Le regard qu’il porte sur l’univers Marvel est celui d’un véritable connaisseur bénéficiant d’un redoutable sens critique, ce qui donne à son œuvre une dimension particulière. Un petit exemple de dialogue entre un flic et Jessica lors d‘un interrogatoire: « Dites, les Fantastiques… Vous les avez déjà rencontrés? Je les adore. -Non. -Non? -J’ai croisé le grand type orange. –La Chose. -Oui. -Il est béton. Sans jeu de mots. -Oui. Bon, si on… -Il est comment? -Grand et orange. Je peux retourner vivre ma vie? »

L’autre atout considérable de cette série est le dessin de Michael Gaydos, qui évoque beaucoup le style épuré de John Paul Leon, notamment sur Les nouvelles Aventures de Cyclope et Phénix. Gaydos choisit des tonalités très ternes en faisant varier les bleus et les rouge, captant immédiatement l’atmosphère que Bendis souhaite imprimer à la série. La vie nocturne, la fumée des cigarettes, les bars déserts… On est dans un véritable polar, qui bénéficie d’une mise en scène remarquable. Gaydos modifie constamment sa mise en pages, passant du simple champ-contrechamp au découpage d’image (Jessica sur les escaliers, l’image coupée en 4 cases, symbolique de la dégradation de son moral), où utilisant le procédé très cinématographique du zoom avant. De prime abord, l’austérité des dessins peut rebuter, mais leur richesse visuelle se dévoile très rapidement, et en fait un élément essentiel de la série, qui perdrait beaucoup de poids si elle était racontée de manière plus classique.

Bendis fait en plus appel aux connaissances des lecteurs, en remettant au goût du jour le personnage de Man Mountain Marko, le colosse apparu pour la première fois dans Amazing Spider-Man 73 de juin 1969, et qui est un vilain de seconde zone que ça fait bien plaisir de revoir! Luke Cage et Matt Murdock passent également faire un tour…
Alias est une série très intéressante, et si vous appréciez les comics en mode polar, plongez-y!

Publié dans Marvel Classics | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : Logan

Si l’excellent film de James Mangold constitue sans aucun doute la meilleure adaptation consacrée au Griffu (ou à sa version Old Man Logan en tout cas), Wolverine pourrait bien avoir un second souffle grâce au domaine du jeu vidéo, puisque un titre Marvel’s Wolverine est prévu pour la PS5 du côté de chez Sony! Le teaser est simple et efficace, et s’avère plutôt prometteur en terme d’ambiance!


 

Tiens, un projet Marvel datant d’il y a environ 5 ans et qui a été abandonné, ça vous dit quelque chose? Vous vous rappelez de cette série New Warriors qui devait prendre l’allure d’une sitcom, avec Ecureuillette en tête d’affiche? Et bien le pilote a bien été tourné, et on espère qu’il fera surface un jour sur la toile! ^^ Mais cette semaine, le showrunner de ce projet avorté nous a dévoilé 2 photos de l’actrice Milana Vayntrub dans le rôle d’Ecureuillette donc, en mode Dora l’Exploratrice et avec son fidèle petit compagnon sur l’épaule… C’est peut-être une bonne chose, cette annulation??

 

Le prochain gros morceau pour Marvel, c’est la sortie des Eternels le 3 novembre 2021! Du coup, c’est chez Total Film qu’on dévoile les personnages sur plusieurs couvertures, histoire de faire tranquillement connaissance avec ces héros inconnus du grand public!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire