Les news de la semaine : ECTO 1

On ne l’avait pas vu venir celui-là! Après la volée de bois vert essuyée par le S.O.S. Fantômes de 2016, Jason Reitman, le fils d’Ivan Reitman, confirme l’existence d’un Untitled Ghostbusters Project! Il s’agira bien d’un 3ème volet qui fera abstraction du reboot, et il sortira en 2020! Et vous savez quoi? Reitman nous a même balancé un teaser bien nostalgique et qui a de la gueule! 😉

 

 

OK, on a enfin une date pour le retour de Game of Thrones, et ce sera le 14 avril! Let it Snow!!!

 

Et 2 nouvelles affiches bien classes pour John Wick 3 : Parabellum!

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Glass (M. Night Shyamalan, 2019)

Incassable est sans conteste le chef-d’oeuvre de M. Night Shyamalan, allégorie simplement parfaite du monde super-héroïque, tant dans sa mise en scène que dans son écriture ou dans le jeu des acteurs. Un monument qui préfigurait très intelligemment les vagues à venir du côté de la Fox, de Sony et de Marvel Studios, et qui permettait d’entrer dans un univers très codifié tout en respectant les néophytes. C’était en 2000, et après une carrière en sévères dents de scie (avec un génial The Visit en 2015!), Shyamalan a sorti Split en 2016, oeuvre éminemment bavarde qu’il a espièglement raccroché au wagon (ouh le mauvais je de mots ^^) d’Incassable lors de sa scène finale. Le film a eu son petit succès, mais s’avérait trop bavard pour convaincre, malgré la performance de James McAvoy. Mais là encore, alors qu’il jouait un individu censé avoir 24 personnalités, on en voyait finalement très peu…

Suite à ce succès et à cette scène finale, il n’aura pas fallu longtemps pour que Shyamalan annonce un autre volet de ce qui constitue sa trilogie Eastrail 177, du nom du train duquel David Dunn, le personnage incarné par Bruce Willis, réchappe miraculeusement. En convoquant les 2 figures antagonistes d’Incassable ainsi que le personnage de Split, on arrive à une sorte de trinité bien dérangée qui va se retrouver pour un affrontement à hauts risques! Le diabolique Elijah Price (Samuel L. Jackson) va recroiser la route de David Dunn, et le psychopathe connu sous le nom de la Horde (James McAvoy) va joyeusement les rejoindre.

On ne va pas faire durer le suspense plus longtemps, Glass n’arrive pas à la cheville de son illustre prédécesseur. La perfection de la mise en scène et la justesse des émotions d’Incassable sont bien loins, et Glass apparaît davantage comme une sorte de curiosité sympathique, nous permettant de retrouver de vieux personnages qu’on avait beaucoup apprécié à l’époque. Le film possède quelques touches nostalgiques intéressantes, notamment avec la présence de Spencer Treat Clark, qui reprend son rôle du fils de David Dunn! Revoir la silhouette dégingandée et hirsute de Samuel L. Jackson, la cape mystérieuse de Bruce Willis… Ca fait son petit effet et le film peut se reposer en partie sur cette affinité du public avec ces personnages cultes.

Là où il assure davantage, c’est avec la place laissée à James McAvoy dans son jeu. Dans Split, il semblait limité, tandis qu’ici il se lâche carrément plus, et ça fait bien plaisir! Le Professeur Xavier des X-Men est méconnaissable, et McAvoy nous livre une prestation impressionnante, tant sur le plan psychologique que physique! Cette fois, il laisse libre cours à 20 personnalités de la Horde, et il les incarne avec une vraie rage intérieure! Les phases de transition notamment sont assez impressionnantes, et il est clairement l’atout majeur de ce film. Du coup, Bruce Willis et Samuel L. Jackson apparaissent davantage en retrait, ce qui est assez curieux, mais M. Night Shyamalan aime brouiller les pistes!

Le film va osciller entre introspection et action, sans toutefois oser de grands coups d’éclats, mais dans une volonté purement réaliste et terre-à-terre, malgré les dissertations philosophiques plutôt amusantes d’Elijah, fidèle lecteur de comics! Il y a des pointes d’humour inattendues de temps à autre, et qui mettent en lumière une certaine forme d’auto-dérision de la part de Shyamalan. On flirte parfois avec le ridicule, sans toutefois y tomber, et Shyamalan parvient à créer une sorte de film hybride étrange, expérience voulant explorer l’univers d’Incassable, avec ses spécificités particulières, et à sa manière spéciale. Glass n’est clairement pas le chef-d’oeuvre qu’on aurait aimé avoir, et puis quelque part tant mieux, ça rehausse encore davantage le statut culte et inatteignable d’Incassable! Mais il se regarde avec davantage d’intérêt que Split, et offre une continuité à la fois curieuse et intéressante à tous ces personnages.

Publié dans 2010's, Cinéma | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : The Black Hole

L’idée de ce court métrage est juste géniale, et il n’a pas pris une ride depuis 2008 ^^ Il est réalisé par Phil and Olly, et met en scène un travailleur de classe moyenne qui va faire une découverte très étonnante dans la photocopieuse du boulot… Je vous laisse découvrir la suite ^^

 

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Runaways saison 2 (2018)

L’année dernière débarquait la saison 1 de Runaways, proposition très réussie de Stephanie Savage et Josh Schwartz dans le monde super-héroïque de la petite lucarne! Le comics Les Fugitifs de Brian K. Vaughan et Adrian Alphona offrait une vraie belle atmosphère que les showrunners étaient parvenus à retranscrire à l’écran avec classe et intelligence. Autant dire que cette seconde saison était très attendue par les quelques fans de cette série!

Une saison 2 agrémentée de 3 épisodes supplémentaires, passant donc de 10 à 13, permettait de développer encore davantage les aventures de ces jeunes fugueurs. Et si on veut parler chiffres, il faut bien se rendre à l’évidence que cette augmentation n’aura au final pas été bénéfique au show… Si ça fait plaisir de retrouver nos 6 héros après un an d’absence, on sent toutefois qu’il y a un élément qui commence à devenir redondant tout en cassant le rythme… Ce sont les histoires sentimentales entre les membres de ce groupe qui apparaissent comme la première faiblesse de cette saison 2. Emotionnellement, ça a vraiment du mal à prendre, et un système de répétition se met en place dans ces sous-intrigues qui patinent… Et passée la découverte de cette première faiblesse, d’autres vont se faire jour…

Je parlais de chiffres, car le show fait illusion quasiment jusqu’à mi-saison, le temps de 6 épisodes, avant de s’effondrer totalement. L’intrigue centrée sur Jonah, entamée l’an passé, s’achève à mi-saison, et j’ai envie de dire tant mieux! Jonah n’était clairement pas un antagonistes des plus palpitants, et il était temps de clore ce chapitre. Mais une certaine cohésion se maintenait toutefois dans la lutte contre cet homme, et le fait de voir ce combat s’achever semble totalement déliter le show! Comme si Savage et Schwartz se retrouvaient perdus à mi-parcours, ne sachant plus du tout quoi nous raconter… Et on va dès lors partir dans une direction qui ne fonctionnera plus, tout en exacerbant les défauts de la série.

Si dans la saison 1, l’économie de pouvoirs apparaissait comme un trait caractéristique de l’écriture, on sent ici qu’il s’agit surtout d’une économie dictée par les budgets… Quand on a des gamins possédant des super-pouvoirs, on aimerait finalement bien les voir s’en servir davantage… Que ce soit les Fistigons de Chase, le sceptre de Nico, les pouvoirs lumineux de Karolina, ou la super-force de Molly, il y a finalement peu de moments où les producteurs laissent libre cours à leurs capacités. Quand on a un dinosaure, comme c’est le cas de Gert, à quoi ça sert si on passe toute la saison à le cacher? C’est vraiment dommage de ne pas assumer davantage la position super-héroïque du show, qui mis à part 1 ou 2 exceptions, va se contenter du strict minimum en matière d’action.

Cela ne serait pas dommageable si le scénario mettait l’accent sur le suspense, que ce soit dans les relations humaines ou dans les situations. Mais on se retrouve avec des moments improbables où rien ne fonctionne, comme cette fête d’anniversaire pour les 15 ans de Molly, alors qu’ils sont en guerre contre leurs parents… Cette séquence n’a rien à faire là, et fait encore perdre une bonne partie de la crédibilité que cette série s’était construite l’an passé. Toutes les interactions entre Alex, Chase, Molly, Nico, Karolina et Gert deviennent de plus en plus insupportables, le groupe ne parvenant jamais à se rassembler. Cela pourrait générer du suspense, mais on sent surtout que c’est artificiel et donc inintéressant…

Et cette lutte contre les parents devient de plus en plus ridicule, puisqu’on sait très bien que ces derniers ne tenteront jamais de tuer leurs enfants. La guerre contre le Cercle apparaît comme finalement très futile, et ce ne sont pas les quelques révélations des derniers épisodes qui apporteront de satisfaction supplémentaire. Et que dire de l’église des Gibborims, la secte dirigée par les parents de Karolina? Elle prend de plus en plus de place alors qu’elle n’a aucun intérêt scénaristique, et il s’agit probablement de la plus grande faiblesse de cette saison. Runaways avait été une très belle surprise l’an passé, et s’avère être une très grande déception cette année…

Publié dans Adaptations Marvel, Série | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : Ma Sorcière bien-aimée

Les projets de Disney + commencent à se préciser, avec notamment l’Untitled Scarlet Witch TV Series, puisque Mickey vient de dévoiler le nom de celle qui sera à la fois scénariste et showrunner (showrunneuse?) de cette série. Il s’agit de Jac Schaeffer, qui n’est pas étrangère à Marvel Studios, puisque elle a rédigé le script du prochain Black Widow! Elle a également à son crédit la réalisation du film TiMER, et elle devrait donc avoir les épaules pour assurer cet approfondissement de l’histoire de la Sorcière Rouge et de Vision, puisque ce dernier sera également de la partie, en toute logique. On attend maintenant la confirmation qu’Elizabeth Olsen et Paul Bettany reprendront leurs rôles respectifs, et on attend également de connaître la timeline de cette série! Après tout, Avengers : Infinity War a foutu un sacré bordel, il faut se situer par rapport au Snap de Thanos!

 

Encore 5 petits mois à attendre pour découvrir le X-Men : Dark Phoenix de Mr Simon Kinberg. On a droit cette semaine à une nouvelle photo de Sophie Turner dans le rôle de Jean Grey, en espérant que cette relecture de la Saga du Phénix Noir soit fulgurante!

 

C’est le 18 janvier que Frank Castle fera son joyeux retour, et Netflix nous a balancé l’affiche de cette seconde saison de The Punisher!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire