Le(s) clip(s) de la semaine : Jonathan Cohen

J’étais complètement passé à côté à l’époque de la sortie du Flambeau, mais Marc, alias Jonathan Cohen, était de retour avant le début du 1er épisode, puisque l’acteur totalement absurde s’est invité dans différentes publicités! On le retrouve donc dans de vraies pubs bien parodiques pour L’Oréal, Deliveroo, Burger King et Samsung, pour un résultat vraiment hilarant! Comme quoi, il ne faut pas grand-chose pour révolutionner ce domaine, il suffit d’avoir la subtilité d’un excellent humoriste !

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Le (2ème) clip de la semaine : Touny

Alfred Touny, né le 24 octobre 1886 et mort en avril 1944, était un lieutenant-colonel ayant eu un rôle important dans la résistance. Nous ne parlerons toutefois pas ici de lui, mais d’un Touny légèrement plus obscur, YouTubeur de son état qui oeuvrait à ses débuts dans le gaming, et qui s’est aujourd’hui fait une spécialisation dans à peu près tout et n’importe quoi! 2 destins diamétralement opposés, en espérant que celui du dernier soit plus clément!

J’ai découvert cet énergumène il y a quelques semaines, et je suis immédiatement tombé dans ses vidéos addictives dont la durée relativement courte (10-12 minutes) cache une méthode bien vicieuse, parce qu’on est vite pris à s’en enchaîner une demi-douzaine ! ^^ Mais comme il n’y plus rien sur TF1 et France 2, je poursuis mon exploration de sa chaîne sans remords. C’est ainsi qu’au gré du hasard, vous pourrez découvrir pêle-mêle un épisode centré sur les OVNI, un sur la diabolique (plus ou moins malgré elle) Marry Mallon (qui a donné son nom à un excellent groupe!), un autre qui vous envoie aux confins de l’espace, un sur les tortures à travers les âges, ou encore des épisodes fourre-tout traitant d’erreurs de fabrication bien énormes, de procès bien absurdes ou encore d’objets insolites.

Vous l’aurez compris, le Père Tounelard fait dans l’exploration d’internet avec une passion réelle pour l’humour et l’absurde, mais aussi l’étrange et parfois le glauque. Une sorte de variation sur certaines thématiques proposées par Le Grand JD d’ailleurs, mais avec un ton bien spécifique et une approche très drôle. D’ailleurs, il est certainement l’un des rares youtubeurs chez qui on attend avec impatience le fameux placement produit NordVPN, parce que le traitement est juste génial ! Vous l’aurez compris, ses vidéos bricolées avec assez de soin pour faire croire à quelques approximations, ça dénote d’un talent certain et d’une belle humilité ! C’est simple, maintenant, quand j’ai entre 10 minutes et 8h30 à glander, je prends mon téléphone et en bon gros addict 3.0, je dévore ses vidéos toutes plus délirantes les unes que les autres!

Je vous en mets 2 ici histoire de vous faire une idée du perso et de son travail, normalement vous devriez être rapidement accro pour continuer ensuite par vous-même ^^

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : Kid Abstrakt & Emapea – Jazz & Coffee Pt. 4

Je vous partage une excellente découverte faite à l’instant, avec ce réveil tout en douceur dû à Kid Abstrakt, Emapea et DJ Million Faces. Un rythme bien envoûtant pour commencer la journée avec du bon son et un p’tit latte, je vous laisse apprécier en toute sérénité 😉 Kid Abstrakt est originaire de LA, tandis qu’Emapea est un beat-maker qui nous vient de Pologne. Une série smooth à suivre sur Raw Rythm Music Label!

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : God of War

 

Guardians of the Galaxy Vol. 3, c’est pour bientôt, le 3 mai très précisément. L’occasion d’en découvrir encore davantage avec une photo mettant en scène le cosmique Adam Warlock, qui sortira enfin de son cocon! Pour rappel, ce personnage capable d’affronter Thanos (dommage, le Titan fou est actuellement indisponible) ressemble à ça dans les comics :

Il est plutôt impressionnant et possède un certain charisme. Ce qui risque de ne pas vraiment être le cas avec sa transposition cinématographique, qui prendra les traits de l’acteur Will Poulter :

On va quand même laisser le bénéfice du doute à ce bon Will, et on espère surtout que ce 3ème volume sera bien plus percutant que l’atroce Les Gardiens de la Galaxie : Joyeuses Fêtes!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Gangs of London saison 2 (2022)

La deuxième salve de Gangs of London a débarqué sans prévenir, personne ne parlant de cette excellente série! Après une saison 1 impressionnante même si son rythme s’essoufflait sur la fin, on a donc enfin la suite de la saga mafieuse mouvementée qui secoue le Londres contemporain. Si l’on peut regretter l’absence du metteur en scène Gareth Evans sur cette saison, on a le retour de Corin Hardy pour 4 épisodes, lui qui nous avait offert quelques beaux moments lors de la 1ère salve. Il est accompagné par Marcela Said (Lupin) et par Nima Nourizadeh (Projet X), qui mettent chacun en scène 2 épisodes, pour un total de 8.

Si cette saison obéit étrangement à une logique similaire avec une fin de saison faisant baisser le rythme, ce retour au calme se fait uniquement sur le dernier épisode, les 7 autres épisodes étant tout simplement sublimes! Cette seconde saison met la barre encore plus haut et parvient à offrir un impact maximal, en resserrant davantage sa narration et en cherchant moins à briller visuellement, même si les morceaux de bravoure ne manquent pas. On se rappelle de l’incroyable séquence de gunfights de l’épisode 5 de la saison 1, qui est clairement une référence. Dans cette saison, on va avoir d’excellents moments d’action qui se diffusent avec beaucoup plus de fluidité qu’il y a 2 ans, accompagnant une narration des plus abouties qui font de ce Gangs of London un pur joyau noir.

Après la chute de Sean Wallace dans l’empire mafieux londonien, les cartes vont être redistribuées de manière léthale par un nouvel arrivé, le chef de meute géorgien Koba. Ce personnage est digne d’un Kai Proctor ou d’un Rabbit, voire d’un Gus Fringe tant il est adepte d’un jusqu’au-boutisme sacrément retors et pervers. L’acteur palestino-américain Waleed Zuaiter est parfait dans ce rôle de cramé viscéral, et la moindre de ses apparitions suscite une véritable crainte chez ses ennemis mais aussi chez ses alliés. Son caractère imprévisible et son goût pour la torture en font un homme de main très important, et il vaut mieux être avec lui que contre lui…

On retrouve Sope Dirisu dans le rôle d’Elliot Carter, et son personnage va traverser cette saison avec une aura dramatique qui s’est bien étendue depuis 2020. Le travail d’intériorisation des émotions est impressionnant, et on a un personnage d’une puissance dramatique n’ayant rien à envier à ceux qu’on voit actuellement au cinéma. En fait, l’ensemble des personnages de ce show est bien plus finement écrit que la quasi-totalité des longs métrages sortant mécaniquement sur grand écran en ce moment, et c’est véritablement un plaisir de plonger dans une telle saga qui n’en finit pas de nous surprendre et de nous impacter. On se retrouve en plein coeur d’une guerre des gangs qui n’a rien à envier à Game of Thrones en terme d’alliances improbables et de retournements de situations, les scénaristes s’étant totalement approprié les différentes castes pour créer un spectacle d’une densité incroyable. On retrouve Michelle Fairley alias Marian Wallace, qui maîtrise totalement sa partition, elle qui après tout a joué Catelyn Stark dans GOT… Elle a clairement les épaules pour tenter de reprendre la ville ^^

L’aura de Sean Wallace continue de planer durablement sur la série, et on n’oublie pas la performance viscérale de Joe Cole, qui joue le bouillonnement et les affres internes comme personne. C’est son frère Billy qui prend la relève cette année, afin de venger Sean, et son personnage gagne efficacement en épaisseur, lui qui est l’un des rares êtres à faire preuve d’un minimum de compassion dans ce monde de brutes…  Brian Vernel lui apporte une belle sensibilité. Il y a des personnages qui gravitent autour de cette dynastie des Wallace et semblant inintéressants, mais qui sont soudainement propulsés dans une lutte pour leur survie lors de laquelle ils vont intimement se dévoiler. Ce sera le cas de Luan, interprété par l’intense Orli Shuka, l’une des révélations de cette saison. Son jeu viscéral est juste impressionnant… Et que dire de Lale, incarnée par Narges Rashidi, qui est encore plus incroyable dans cette saison?

Il y aurait encore beaucoup à dire sur bien des personnages, mais je vais vous laisser la surprise de les découvrir par vous-mêmes ^^ Gangs of London saison 2 est une pure pétite extrêmement sombre, ne lésinant pas sur l’ultra-violence pour appuyer son propos, et on est pris dans une véritable guerre dont les impacts physiques et psychologiques sont très durs. Les créateurs Gareth Evans et Matt Flannery ne sont pas là pour atténuer quoi que ce soit, et ça fait un bien fou de pouvoir assister à un spectacle qui ne soit pas édulcoré, loin de là! C’est avec une telle approche que le cinéma et les séries peuvent encore espérer secouer les spectateurs et assurer une inventivité qui fait souvent défaut. Gangs of London brille par sa noirceur et par sa radicalité, qui en font l’une des plus belles séries que le petit écran nous ait offert!

On sent une plus grande maîtrise narrative dans cette saison, qui est encore plus étouffante que la première, et on assiste à des séquences d’une noirceur viscérale. Quand on parvient à ce niveau, c’est très difficile de redescendre et de se contenter d’un film d’action lambda, donc avant de vous lancer dans cette série, préparez-vous à dire adieu aux oeuvres moins percutantes ^^

Publié dans Série | Laisser un commentaire