Deadpool 7: La Galère des Etoiles

Une seule série ce mois-ci dans le mensuel Deadpool, et un seul épisode de cette série!!! Quoi??!! Mais c’est un numéro étendu pour ce Deadpool 30 de 80 pages, qui voit notre Mercenaire disert se rendre tout simplement dans l’espace! Sa motivation? Chercher une arme de destruction ultime, afin de mettre un terme définitif à l’existence de Madcap, son ennemi juré, qui a tenté de tuer sa fille et ses proches. Je m’attendais à un  numéro un peu convenu, mais cette balade spatiale s’avère excellente et bourrée de références, je vous invite vraiment à y plonger!

Tout commence avec un Adsit qui semble en mode dépressif, mais on apprend finalement qu’il va changer de boulot et quitter la Terre! Sa volonté première est de ne plus jamais croiser le chemin de Deadpool, et il aura évidemment tort… Notre cher clown-mercenaire va détourner une fusée afin de se rendre sur la Lune et piller le sanctuaire du Gardien, et le sénariste Gerry Duggan ainsi que le dessinateur Mike Hawthorne démontrent d’entrée de jeu de belles inspirations, avec les tableaux ornant les murs de l’antre d’Uatu notamment! S’ensuit un trip spatial des plus barges, avec un Wade qui surfe dans le cosmos tel Norrin Radd (mais en ne sachant pas comment freiner toutefois), débarque en pleine destruction de monde, se fait embarquer par le Nova Corps, et attire de très nombreux adversaires en proclamant être en possession d’une arme de destruction planétaire!

On va donc avoir Dame Sif et sa troupe, des Broods dont un qui va faire corps avec Wade en mode Alien – le 8ème Passager, un Rocket qui va avoir l’intelligence d’éviter le combat, un Monark Starstalker semblant sorti d’un vieil épisode de 1976… Deadpool va également se rendre à Nulle Part, vous savez, cet endroit vu dans Les Gardiens de la Galaxie, et où réside le Collectionneur? D’ailleurs, Wade va rencontrer Benicio Del Toro et lui proposer un marché intéressant concernant Madcap! Bref, cet épisode regorge de moments fun et évolue sans arrêt, et la quête de Deadpool est aussi dingue que prenante! Mais la suite annonce bien évidemment Secret Empire, le crossover démarrant en janvier!

Publié dans Deadpool | Laisser un commentaire

Les news de la semaine: Jurassic 5

Les dinocrocs de Jurassic World: fallen Kingdom débarquent sur la toile, avec une BA alléchante qui promet du grand spectacle de la part de J. A. Bayona! Le metteur en scène de The Impossible reprend une partie du casting de Jurassic World, et l’agrémente du retour de Jeff Goldblum! Rien que pour lui, ce 5ème opus devrait valoir le déplacement, comme il nous l’a prouvé dans le récent Thor: Ragnarok! ^^

 

La bande-annonce de The New Mutants avait frappé très fort il y a 2 mois, et depuis, le film est l’un des plus attendus de la sphère X! Cette semaine, on a droit à une affiche qui reprend un design déjà aperçu dans la BA, pour bien souligner encore une fois l’aspect horrifique que revêtira cette adaptation! Le film de Josh Boone est prévu pour le 13 avril 2018!

 

Et comme si ça ne suffisait pas, un nouveau visuel est tombé plus tard dans la semaine! Cette fois, on est en mode parodique, avec une sympathique variation de la pochette de l’album Highway to Hell d’AC/DC! On a donc Rocket joué par Charlie Heaton (avec la casquette), puis de gauche à droite: Mirage (Blu Hunt), Félina (Maisie Williams), Magik (Anya Taylor-Joy), et Solar (Henry Zaga)! Et la peluche représente Lockheed, le fameux dragon! 😉 Ca a le mérite d’être original, et on peut continuer à croire au fort potentiel de ce film!!!

 

On a enfin une date de diffusion pour la 4ème salve de Black Mirror, l’excellente série d’anticipation de Charlie Brooker! Ce sera donc dans moins d’un mois que nous pourrons découvrir les 6 nouveaux épisodes de cette anthologie, puisqu’ils seront tous dispos (Netflix oblige!) dès le 29 décembre! Pour sûr, les fêtes seront bien plus belles! 😉

 

Et un 1er visuel pour Venom, un! Le film de Ruben Fleischer devrait être très orienté Todd McFarlane, ce qui est plutôt un gage de bon goût! L’itération du bad guy avec Eddie Brock en hôte du Symbiote est certainement la plus célèbre, et le design de McFarlane a marqué les esprits durant les années 90 avec son aspect résolument dark! On croise les doigts pour que le ton du film soit à l’avenant, et qu’on ait droit à un Venom bien badass comme il faut!!! Avec Carnage?? Et un petit # communautaire bien sympa! 😉 Réponse le 10 octobre 2018!

 

Des nouvelles d’X-Men: Dark Phoenix, avec quelques visuels bien engageants pour cette relecture de la saga du Phénix Noir! Rappelons en effet que Jean Grey avait déjà succombé au pouvoir cosmique dans X-Men: l’Affrontement final, le 3ème volet de la 1ère trilogie (eh oui, ça commence vraiment à ressembler à Star Wars tout ça!!!). Du coup, c’est Sophie « Sansa Stark » Turner qui s’y colle, et ça donne envie d’en savoir un peu plus! On découvre aussi une 1ère image de Jessica Chastain dans son rôle inconnu, et une photo également de Jennifer Lawrence qui reprend le rôle de Mystique! On découvrira si ce 4ème opus de la seconde série de films (la 1ère est composée d’X-Men, X-Men 2 et X-Men: l’Affrontement final, la seconde d’X-Men: le Commencement, X-Men: Days of future Past et X-Men: Apocalypse) relèvera le niveau après le ratage d’Apocalypse! Réponse le 31 octobre 2018 avec ce 1er film réalisé par le producteur Simon Kinberg.

 

De beaux visuels pour T’Challa, qui débarquera dans son propre film Black Panther le 14 février 2018!

 

Une 1ère photo pour la saison 2 de Jessica Jones! Mais… Qu’est-ce qui se passe?? C’est bien lui? Et oui, il semblerait que Killgrave soit de retour pour perturber à nouveau la détective! Flashback ou présence bien réelle, l’info n’est pas encore claire, mais ça fait plaisir de savoir que David Tennant sera à nouveau présent, lui qui incarnait un bad guy hautement charismatique!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Loue-moi! (Coline Assous, Virginie Schwartz, 2017)

Léa est une jeune femme qui a un travail plutôt atypique, puisqu’elle propose ses services pour aider les gens dans des domaines très divers: vous souhaitez faire croire que vous avez une fille? Elle va jouer le rôle de la fille que vous n’avez jamais eue! Vous êtes agent immobilier et vous souhaitez forcer la main à un couple qui ne se décide pas? Elle jouera une acheteuse potentielle qui a un coup de coeur pour l’appartement en question! Vous souhaitez faire croire à vos parents que vous avez une petite amie? Vous pouvez la louer pour le repas de famille dominical! Evidemment, ce travail demande un soupçon d’adaptation et d’improvisation, et quelques mensonges par-ci par-là… Alors quand elle retombe sur son amour de jeunesse, elle va devoir jongler entre les secrets de son métier et son envie de renouer avec lui…

Le point de départ original m’avait donné envie de découvrir ce film, qui s’avère être une comédie réussie et touchante. Oscillant entre des touches d’humour bien écrites et de petits moments plutôt tendres, Loue-moi! réussit un joli numéro d’équilibriste entre légèreté et sentiments, offrant une tranche de vie moderne qui est certes romancée avec ce choix de métier particulier, mais qui n’en reste pas moins crédible et réaliste sur le fond. L’argument du métier de Léa est propice à quelques quiproquos plutôt drôles, et place en filigrane la notion de personnalité dans une société où l’on cherche souvent à être autre chose que ce que l’on est. Elle fait du mensonge son gagne-pain, mais elle le manie sans malice et pour aider les gens. Sa complice et meilleure amie Bertille se charge de coordonner son agenda, et leur affaire tourne tant bien que mal…

L’actrice belge Déborah François prête ses traits à la pétillante Léa, capable d’endosser divers rôles au fur et à mesure de ses prestations. Elle avait été révélée dans L’Enfant des frères Dardenne, et elle transmet une belle énergie à travers ce rôle. A ses côtés, la Française Alison Wheeler campe une Bertille un brin azymutée avec une bonne humeur communicative. L’actrice vu dans Cloclo, Going to Brazil ou pas mal de fois dans les sketches du Studio Bagel également (et qui jouera Mademoiselle Jeanne dans le prochain Gaston Lagaffe) confère à son personnage une sorte de folie douce plutôt sympathique, et il n’y a qu’à voir sa façon de jouer au Qui est-ce? pour s’en rendre compte! Marc Ruchmann va quant à lui incarner l’amour de jeunesse de Léa, et la complicité de leurs personnages va s’avérer touchante!

Coline Assous et Virginie Schwartz, qui ont écrit ensemble le court métrage réalisée par Virginie Schwartz, Tu te souviens?, ont du coup à nouveau travaillé ensemble sur l’écriture de ce film, qu’elles ont ensuite co-réalisé, et qui est leur premier long métrage. On ressent une certaine complicité dans l’écriture, et Loue-moi! est un beau petit film qui n’a pas la prétention d’être une oeuvre magistrale, mais qui trouve paradoxalement dans cette modestie une vraie sincérité, ce qui est plutôt étonnant pour un film traitant du mensonge! Avec les présences de Bernard Menez, Charlotte de Turckheim, Lionel Abelanski, Arié Elmaleh ou encore Gad Elmaleh dans des rôles secondaires, Loue-moi! est une proposition de comédie romantique teintée d’un soupçon d’absurde qui fonctionne!

Publié dans 2010's, Cinéma | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine: Swollen Members – Night Vision

Il y a divers degrés dans le rap, et Swollen Members est assurément un groupe important de la scène undeground. Depuis leur formation en 1999, les Canadiens Prevail, Mad Child et Rob the Viking ont un succès considérable, et nous livrent des titres vraiment bien construits, à l’image de ce Night Vision issu de leur album Dagger Mouth de 2011.

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Dark saison 1 (2017)

En 20 ans, Netflix s’est clairement imposée comme un incontournable dans le domaine télévisuel, en révolutionnant notre manière de regarder des séries. Avec des succès comme Daredevil, Stranger Things, House of Cards, Narcos, Mindhunter, Orange is the new Black, 13 Reasons why ou encore Black Mirror, la plate-forme de Reed Hastings n’a clairement pas à rougir face aux networks américains. Et voici que débarque une nouvelle pierre angulaire à ce remarquable édifice, avec une série allemande tout simplement étonnante et magistrale, Dark!

Il y a beaucoup de comparaisons avec Stranger Things sur le net, les 2 séries baignant dans une atmosphère flirtant avec le fantastique, et la période des années 80 jouant un rôle important. Je n’ai pas assez accroché au premier épisode de Stranger Things pour poursuivre, mais j’ai littéralement été happé par la proposition du metteur en scène suisse Baran Bo Odar, aidé par sa complice allemande Jantje Friese, qui signe les scénarios de tous les épisodes, aidée par un staff de 3 scénaristes également. Et Baran Bo Odar, à l’image de Cary Fukunaga sur la sublime 1ère salve de True Detective, réalise les 10 épisodes de cette saison!

Moins vous en saurez sur Dark, plus vous apprécierez cette plongée dans un univers résolument étrange et forcément sombre, qui va s’articuler autour de 2 époques, l’une contemporaine, l’autre appartenant au passé. Lorsqu’un adolescent est porté disparu dans la petite ville de Winden, cela va mettre en lumière toutes les fêlures, les secrets et les mensonges liant cette communauté, et les réponses risquent bien d’être encore plus mystérieuses! Baran Bo Odar distille une atmosphère des plus captivantes durant ces 10 épisodes, et grâce à sa scénariste Antje Friese, il nous balade à travers une Winden qui semble être une cousine germanique de Twin Peaks, mais qui possède sa propre personnalité, et sacrément robuste qui plus est! La fluidité du récit n’est à aucun moment sacrifiée à la multitude des personnages, et l’on va naviguer en eaux très troubles avec tous ces habitants, et la manière dont sont traités les liens entre chacun est fascinante. Le travail d’écriture est tellement dense qu’il semble puiser son essence dans un matériau littéraire, mais il n’en est rien, Dark est une création originale qui tient totalement la route, et à laquelle on ne peut échapper avant de l’avoir terminée!

La mise en scène de Baran Bo Odar est d’une beauté sombre, de celle qui nous hypnotise tout en nous menant de plus en plus loin dans ce récit inattendu. On ressent constamment ce poids maintenant Winden sous pression, et paradoxalement toute la puissance qui se dégage de cette vision si noire… On est dans un registre différent de True Detective, mais la force émotionnelle de la vision de Bo Odar est elle aussi impressionnante, le metteur en scène parvenant à rendre palpable toutes les émotions contradictoires se propageant dans cette ville… Il y a une cohésion exemplaire entre la puissance du contenu et la beauté du contenant, parvenant à faire de Dark une série totalement surprenante et addictive!

L’atmosphère pluvieuse qui couvre quasi-constamment Winden participe grandement au déroulement de ce récit lugubre, et l’enquête pour retrouver cet adolescent va nous permettre d’entrer dans les existences des différents habitants de cette petite ville. On va découvrir les espoirs adolescents, la lâcheté adulte, l’innocence enfantine… Tout cela va se mêler pour cristalliser le mal-être diffus que l’on ressent, et qui doit bien prendre sa source quelque part… Peut-être dans des événements survenus il y a bien longtemps? Y a-t-il seulement une logique au Mal, et cela sert-il de chercher la vérité? Les acteurs sont tous très bons dans leurs rôles complexes et souvent contradictoires, et la musique signée par l’Australien Ben Frost est elle aussi captivante! Dark est à tous les niveaux une proposition magistrale et d’une richesse exemplaire!

Je vous le répète, ne cherchez pas à vous documenter avant de commencer cette série, ce serait dommage de vous faire spoiler! Mais en tout cas, je vous conseille vivement de tenter l’expérience!!! 🙂

Publié dans Série | Laisser un commentaire