Les news de la semaine : La première chasse de Kraven

Cela fait bien longtemps que l’on n’avait plus eu de nouvelles de ce projet, et cette semaine, Sony dévoile enfin qui incarnera le rôle-titre dans l’adaptation comics Kraven the Hunter! Prévu pour 2023, le long métrage centré sur l’un des plus illustres ennemis de Spider-Man sera mis en scène par J.C. Chandor, à qui l’on doit notamment le très bon All is lost avec Robert Redford. Et c’est un acteur qui s’est bien solidifié ces dernières années (au physique comme pour son acting) qui endossera la panoplie de Sergei Kravinoff, l’auto-proclamé plus grand chasseur au monde. Ce ne sera pas sa première participation à un film super-héroïque, puisqu’il a incarné Kick-Ass, puis Pietro Maximoff (alias Vif-Argent) dans Avengers : l’Ere d’Ultron. Il s’agit donc de l’excellent Aaron Taylor-Johnson, qui a peut-être perdu la guerre des Quicksilver contre Evan Peters, mais qui va faire un retour en force dans l’univers Marvel, cette fois-ci du côté de Sony! L’acteur vu récemment dans Tenet a sévèrement pris de la masse et de la densité dans son jeu également, il devrait être parfait dans le rôle du bad guy russe! Qui ne devrait toujours pas chasser l’araignée, ce qui en soit est quand même assez ridicule… Mais on espère que les scénaristes vont nous pondre une histoire qui mettra le personnage en valeur!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : Alugalug Cat X The Kiffness

Un chat, un homme, une machine… On pourrait croire que c’est le début d’un film de SF, mais non, il s’agit d’un clip bien absurde et donc indispensable, que l’artiste electro The Fitness, AKA David Scott, nous a concocté avec beaucoup d’humour! Le musicien sud-africain a l’habitude de verser dans la parodie, et il nous a prouvé à plusieurs reprises que c’est un grand fan des félidés!

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Ultimates 1

Je vous parlais il y a peu de l’excellente série Miles Morales : Spider-Man, qui prenait place sur la Terre-1610, un univers parallèle au monde Marvel habituel. Dans cet univers également appelé Ultimate, de nombreux super-héros ont vu leurs origines remaniées, dans le but d’ammener un nouveau lectorat en se débarrassant de la continuité acquise depuis 1961. C’est en 2000 que cette nouvelle branche est créée par Bob Harras, Joe Quesada et Bill Jemas, et les premières séries à paraître sont Ultimate Spider-Man et Ultimate X-Men, suivies en 2002 par Ultimates, qui n’est autre que la version des Avengers de cette terre parallèle!

Je m’attendais à une réinterprétation tranquille de la plus grande super-équipe du monde, mais j’aurais du me méfier en voyant le nom de Mark Millar associé au projet! L’auteur britannique est le maître d’oeuvre de l’excellente saga Civil War (et le créateur des Marvel Zombies!), et il est donc très doué pour développer des récits au sein desquels les protagonistes sont nombreux. Il avait déjà travaillé sur Ultimate X-Men, et sa relecture des Avengers en mode Ultimate s’avère bien plus savoureuse que ce à quoi je m’attendais! Très souvent, les versions alternatives Marvel se contentent de dupliquer les personnages avec les mêmes traits physiques et des caractères semblables. Mais ici, Millar parvient à surprendre en amenant des modifications très importantes pour ces super-héros, dont on découvre des pans étonnants et surtout absents chez leurs homologues de l’univers classique! Mark Millar se fait réellement plaisir et on sent qu’il a eu une très grande liberté dans l’élaboration de sa team!

Visuellement, on ne voit pas de changements majeurs puisque les membres fondateurs des Ultimates sont Iron Man, Hulk, Ant-Man, la Guêpe, Captain America et Thor, soit la même composition que l’équipe originelle (avec Cap qui apparaissait dans l’épisode 4, et ici Thor qui intervient un peu plus tard). Mais ce sont dans les personnalités des héros que l’on va trouver des différences très intéressantes, à commencer par un Ant-Man (ou Giant-Man) qui s’avère très prétentieux, à la manière d’un Tony Stark. Qui lui du coup possède le même degré de prétention que dans l’Univers-616. On notera un changement significatif dans son armure, avec ce liquide visqueux dont il se revêt pour la contrôler! L’histoire de Captain America est sensiblement différente, notamment dans sa vie amoureuse, et l’existence de Bucky est bien loin de celle de son homologue classique. Cela va d’ailleurs donner lieu à des moments bien touchants… On sent clairement une volonté de redistribuer les cartes de manière plus moderne, en abandonnant la naïveté inhérente aux 60’s, et de se focaliser sur des problématiques actuelles. C’est le cas notamment dans la relation entre Ant-Man et la Guêpe, qui s’avère très musclée, et choquante du coup! La Guêpe dont la condition spécifique est totalement différente de la Guêpe classique, et Millar pousse le détail très loin avec des révélations étonnantes sur elle!

Et que dire de Thor, qui est un pacifiste écolo anti-capitaliste? C’est d’ailleurs pour cela qu’il ne veut pas joindre tout de suite les Ultimates : « Peu importe que vous portiez des capes ou des rangers… Vous n’êtes que des laquais à la botte d’une société corrompue. Allez dire à vos maîtres que le fils d’Odin n’a pas l’intention de travailler dans un complexe militaire qui fabrique des guerres et assassine des innocents. Pour l’heure il s’agit de super-vilains mais le jour viendra où vous tuerez au nom du pétrole ou du libéralisme. » Ca change du dieu vengeur adepte des combats mythologiques!!! Avec de tels changements, on ne peut que s’intéresser aux variations des interactions entre tous ces personnages, et si on pensait qu’on allait simplement lire une version similaire mais juste modernisée de la création de ces héros, on découvre en fait de véritables nouveaux personnages, et ça fait vraiment plaisir! Millar les prend donc très au sérieux en leur insufflant leurs propres personnalités et leurs propres complexités, et ces 6 épisodes (pour 5,99 euros!!!) s’avèrent tout simplement captivants!!!

Le début narrant le combat de Cap contre les Boches en 1945 est excellent, et il faut dire que le dessinateur Bryan Hitch est sacrément doué pour nous mettre dans l’ambiance! On croirait presque voir des planches issues de l’excellente série Max consacrée au Punisher (pas celles de Dillon hein ^^). On va bien sûr évoquer le Nick Fury black qui prend les traits de Samuel L. Jackson, et qui sera adapté ensuite dans les films par… Samuel L. Jackson! ^^ Le côté cool et badass de l’acteur colle parfaitement au perso, et le choix de Millar et Hitch de s’inspirer du comédien a été très judicieux! ^^ Mais c’est également dans les dialogues et les aspects politiques que cette série se démarque, avec une excellente fluidité et un vrai point de vue, Millar maniant le cynisme et l’humour avec une réelle classe! « J’en suis à un point où je me demande ce que ça donnerait si les milliardaires et les technocrates essayaient de sauver le monde au lieu de le saigner. Vous voyez ce que je veux dire? » (Tony Stark) Et le scénariste manie également très bien les vannes sexuelles, comme avec cet Hulk déchaîné parce que Betty Ross mange avec une star hollywoodienne : « Qu’est-ce que tu fais avec ce Freddie Prinze Jr? Si tu trouves pas Banner assez viril, t’as qu’à essayer Hulk! »

Tout ça pour dire que les débuts de cette série Ultimates sont excellents, et donnent vraiment envie de découvrir la suite!!!

Publié dans Marvel Classics | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : Dead Residents

La série animée Resident Evil : Infinite Darkness dévoile enfin sa date de sortie! Ce sera donc le 8 juillet 2021 que l’on pourra assister aux retours de Leon S. Kennedy et Claire Redfield, dans cette production encore une fois signée par le studio Quebico, ce qui augure vraiment du très bon au vu de la qualité de leur film d’animation Resident Evil : Vendetta sorti il y a 4 ans. A l’heure actuelle, on ne sait pas s’il s’agit d’une suite ou d’un reboot, mais en tout cas, on attend avec impatience de retrouver l’univers zombiesque et forcément sombre de cet animé!!! Le showrunner de cette nouvelle adaptation est Hiroyuki Kobayashi, qui a été programmeur sur les jeux vidéos Resident Evil et Resident Evil 2, ainsi que producteur sur plusieurs suites et sur la saga animée, dont l’excellent Resident Evil : Vendetta. Ca sent bon je vous dis!!! Et ça permettra d’oublier la tentative Army of the Dead complètement débile de Zack Snyder, où j’ai même pas réussi à tenir 10 minutes tellement c’est immonde!!!

 

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Hip-Hop Evolution saison 1 (2016)

En 2016, une série documentaire canadienne allait s’imposer comme une oeuvre monumentale et définitive, nous dévoilant la genèse complète de ce genre musical aujourd’hui planétaire, le hip-hop. Le doc poursuivra l’exploration avec 3 autres saisons elles aussi composées de 4 épisodes, mais la plus captivante est certainement la première!!! L’artiste Shadrach Kabango (Shad sur scène) nous convie à un retour aux sources passionnant, en remontant aux racines de ce courant musical, genre alternatif qui aura par la suite fédéré des millions de personnes! Tout a commencé au 1520 Sedgwick Avenue dans le Bronx, à New York, le soir du 11 août 1973…

Clive Campbell est le premier DJ à organiser des soirées hip-hop, et son nom de scène DJ Kool Herc est entré dans la légende. Ce 11 août 1973, il allait déchaîner la foule en proposant une innovation technique dans le passage des vinyles, puisque armé de 2 platines, il allait se concentrer sur les parties bien rythmiques des morceaux en pouvant les prolonger indéfiniment grâce à ses 2 appareils. Il possédait 2 exemplaires de chaque disque, et pouvait donc créer des boucles en revenant en arrière sur chacune des tables, et créer ainsi un rythme que l’on qualifierait de break, et sur lequel les gens allaient commencer à danser d’une manière très différente. Avec cette méthode innovante du break, naissait donc également le breakdance (Pour les origines du breakdance, vous pouvez également aller faire un tour ici) ! On sent toute l’énergie qui se dégage de cette nouveauté, et entre les images d’archives et l’interview du légendaire DJ Kool Herc, on est déjà bien servi niveau émotion et beats!!!

Mais ce n’est que le début, et le voyage en 4 épisodes va s’avérer fabuleux, et rythmé par une vraie logique dans son cheminement. Dans la Sainte Trinité des débuts du hip-hop, après DJ Kool Herc arrive Afrika Bambaataa (Lance Taylor de son vrai nom), personnage ultra-respecté qui va utiliser sa notoriété pour rassembler une population divisée entre gangs. Il a fait partie des Black Spades, mais va organiser des réunions entre membres de différents gangs rivaux, afin de les fédérer autour de projets communs, notamment musicaux. C’est ainsi qu’il va créer la Zulu Nation, collectif d’artistes pratiquant le graff, la musique, le breakdance… Et de son côté, il va créer de nouvelles sonorités en mêlant des éléments électroniques à la Kraftwerk dans ses compositions, et c’est ainsi que le morceau Planet Rock devient légendaire en 1982!

Grandmaster Flash (Joseph Saddler) est le dernier élément de cette trinité, et probablement le plus scientifique. Fasciné par les appareils électriques, il démonte tout ce qu’il trouve, du sèche-cheveux aux autoradios, afin de comprendre le fonctionnement interne de ces objets. Il est également fasciné par le mouvement circulaire, et aimait regarder la machine à laver où les disques tourner! ^^ Lorsqu’il s’intéresse à la musique, il va lui appliquer une précision scientifique, et il est le premier à mettre des repères sur ses disques afin de pouvoir commencer au moment précis où il le souhaite, il a donc créé la technique du cutting, et armé de ses 2 platines, il a perfectionné l’art créé par DJ Kool Herc!

Si les débuts du hip-hop sont un excellent moyen de sortir d’une réalité difficile faite de violence et de pauvreté, et que les DJ et MC’s apportent du réconfort et de la fête, Grandmaster Flash, avec ses acolytes des Furious Five, nous livre en 1982 The Message, morceau qui allait devenir culte et qui allait créer une brisure en racontant l’histoire tragique de la rue. C’est à partir de là que les artistes se rendent compte qu’ils vont pouvoir utiliser cet art pour s’exprimer sur leurs conditions sociales et leurs aspirations! C’est véritablement passionnant de suivre l’évolution de ce courant auquel chaque participant va apporter sa touche personnelle, et qui va irriguer le Bronx dans un mélange d’atmosphère sérieuse et festive, marquant l’émergence d’un véritable phénomène de société! Ils vont paver la voie notamment pour Public Enemy et N.W.A.!

Shad va donc se balader dans le quartier au gré de ses rencontres, et on va le suivre dans ses interviews de Grandmaster Caz, Melle Mel, Kurtis Blow, Russell Simmons, Big Daddy Kane, Grand Wizard Theodore, DJ Hollywood, Sugarhill Gang et tellement d’autres!!! On va découvrir des anecdotes savoureuses, se rendre compte que la panne de courant du 13 et 14 juillet 1977 a été un élément primordial dans la genèse du hip-hop (je vous laisse découvrir pourquoi ^^), et tellement d’autres éléments fondateurs de ce courant musical. Ces 4 épisodes sont d’une richesse impressionnante, et le découpage s’avère des plus judicieux. La réalisation signée Darby Wheeler, Sam Dunn et Scott McFadyen s’avère excellente, en nous immergeant totalement à travers ces différentes époques foisonnantes! On replonge dans un passé difficile avec un abandon social généralisé, et voir des quartiers entiers totalement délabrés dans le Bronx alors que le disco a un succès fou dans les quartiers branchés du centre, ça montre le fossé énorme entre les strates de la population… On sent toute la puissance de ces inspirations créatrices des pionniers du hiphop, et on suit avec une vraie logique tout le développement de ce style qui va constamment muter. Je ne vous en dit pas plus sur le reste, il reste tellement à découvrir et je vous invite donc à faire ce voyage passionnant!!!

Publié dans Série | Laisser un commentaire