Le clip de la semaine : Benighted – Leatherface

Dans le monde du metal, je demande du brutal death, et français s’il vous plaît! Benighted est un groupe originaire de Saint-Etienne aux inspirations très Cannibal Corpse, attention à vos oreilles donc! ^^ Le morceau Leatherface est issu de leur album Necrobreed.

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Lupin saison 1 partie 2 (2021)

En début d’année, Netflix frappait très fort avec les 5 premiers épisodes de Lupin, qui ont eu un succès retentissant à travers le globe! Le tournage ayant été interrompu à cause de la pandémie, Netflix ne pouvait pas diffuser la totalité des 10 épisodes, et 5 mois après, on a enfin droit à la suite des aventures d’Assane Diop en mode Arsène Lupin!

Les 5 épisodes initiaux s’avéraient particulièrement savoureux, avec cet hommage permanent à la France du début du siècle dernier, son rythme vif et nonchalant, et une très belle écriture permettant de disséminer des liens avec l’oeuvre de Maurice Leblanc de très belle manière! On s’attendait donc à retrouver le même esprit, et la déception est de taille à la découverte de ces 5 épisodes oscillant entre passable et franchement ennuyeux… Le rythme n’y est plus, l’envie semble s’être envolée, et la magie du genre s’est évaporée… On était resté sur un cliffhanger très important, et pourtant, la tension qu’il aurait dû initier ne va pas décoller… Pour expliquer à quel point cette seconde partie ne fonctionne pas, je vais spoiler à plusieurs reprises, donc pour ceux qui ne l’ont pas encore vue, ne lisez plus à partir de maintenant! ^^

Raoul, le fils d’Assane, venait de se faire enlever par Leonard, un des hommes de main d’Hubert Pellegrini. Assane va se lancer à leur poursuite avec Youssef Guedira, le flic fan d’Arsène Lupin qui est parvenu à remonter la piste jusqu’à Assane. Si le début commence sur les chapeaux de roue, avec une course-poursuite en voitures à travers les petites routes de Normandie, l’ensemble va très rapidement développer un aspect artificiel et forcé qui ne fait pas plaisir à voir… La séquence dans le manoir abandonné avec cette pseudo-esthétique de film d’horreur est relativement vaine, et commence à démontrer clairement le manque d’inspiration des auteurs. Quand un personnage se fait balancer à travers une fenêtre située en hauteur, et qu’il se relève tranquillement comme si de rien n’était, on se dit que ça fonctionne quand ça arrive à Michael Myers, mais ici c’est un poil exagéré. Et des aberrations de ce style, il va y en avoir beaucoup lors de ces 5 épisodes…

Même Omar Sy semble avoir perdu sa conviction, et la fin de ce premier épisode semble très forcée au niveau émotionnel, alors que les enjeux sont pourtant importants. Mais on sait pertinemment que tout va finalement bien se passer, donc cette tension artificielle ne prend pas du tout… Si la fluidité des 5 premiers épisodes permettaient de bien laisser glisser les quelques approximations scénaristiques, en offrant un cadre ludique et espiègle, ici on abandonne le sens du jeu pour un récit plus terre-à-terre et premier degré, dans lequel les faux-semblants vont être bien moins importants. Et là où les enjeux portaient l’ensemble, ils ne parviennent plus à intéresser cette fois-ci, et ce combat entre Assane et Pellegrini s’avère bien plus creux que ce que l’on espérait retrouver…

Il faut dire que l’acteur Hervé Pierre semble lui aussi avoir abandonné la finesse initiale, pour développer un personnage ayant perdu de sa roublardise et qui se dirige dangereusement vers la caricature. Cela participe grandement à l’effondrement de cette seconde partie, puisque sans ennemi valable, difficile de donner corps à une intrigue qui se tient. Mais ce qui paraît le plus aberrant, c’est la façon dont Assane se sort de toutes les situations, alors qu’il est connu par les forces de l’ordre pour être un roi de l’évasion et un adepte du déguisement. Mais malgré cela, presque personne (à part tous les spectateurs) ne le reconnaît alors que ses déguisements ne masquent pas du tout ses traits! Ca en devient réellement ridicule au bout du compte… Et que dire de certains passages complètement what the fuck, comme celui où il se retrouve face à un agent de sécurité armé, qui le laisse tranquillement approcher jusqu’à s’amuser avec le cran de sûreté de son arme??? On n’appelle même plus ça une aberration, mais une panne scénaristique de haute volée!!! C’est certainement la plus débile, mais des situations comme celle-ci, il y en a quelques autres…

Si les metteurs en scène Louis Leterrier et Marcela Said insufflaient un rythme enlevé de manière efficace dans la première partie, tant dans les scènes d’action que dans les moments intimistes, on sent bien qu’ils ont quitté leur poste de réalisateurs… Ce sont Hugo Gélin et Ludovic Bernard qui leur succèdent, Gélin ayant déja dirigé Omar Sy dans Demain tout commence et ayant mis en scène la sympathique comédie romantique Mon Inconnue, et Bernard ayant réalisé L’Ascension avec Ahmed Sylla et 10 Jours sans Maman avec Franck Dubosc. Leur filmographie n’est certainement pas axée vers l’action, et on sent assez rapidement que cet élément va pêcher lors de cette seconde partie… Leterrier étant le metteur en scène du Transporteur ou de L’Incroyable Hulk, il était capable de générer des moments bien dynamiques, et Marcela Said parvenait à s’immiscer dans son sillage. Ici, l’ensemble s’avère tellement plus convenu et moins enlevé, que l’on a l’impression qu’il s’agit presque d’une série différente…

Même les personnages secondaires perdent de leur saveur, très souvent à cause d’une écriture plus bancale et d’une exposition moindre. Souffiane Guerrab est clairement l’un des éléments les plus intéressants de cette série, mais son personnage de Youssef se retrouve dans une posture moins libre que lors de la première partie, et le trio de flics qui s’avérait percutant est presque en mode statique… Et que dire des rôles tenus par Ludivine Sagnier et Clotilde Hesme? Les deux femmes de la vie d’Assane ne sont plus présentes que pour leur fonction, et semblent vidée de toute originalité et volonté propre. Il n’y a qu’à voir comment la mère de Raoul passe d’un rejet total d’Assane au pardon sans aucune transition… Et pour terminer sur l’artificalité de l’ensemble, c’est quoi cette fin où le héros parvient à blanchir son père et lui-même, et à enfin faire incarcérer Pellegrini, mais que la police le poursuit encore??? Après avoir été innocenté, il nous fait une fin en mode « je suis obligé de vous quitter » qui ne fonctionne pas du tout!!!

Il y a pourtant un ou deux éléments qui permettent de ressentir quelques sursauts dignes de la première partie, mais ils sont trop vite expédiés pour avoir le temps de solidifier l’ensemble. Cette seconde partie s’avère être une réelle déception, surtout après l’excellente surprise que représentait le début des aventures d’Assane Diop! Tout est moins fluide, plus automatisé, et on sent que l’âme de Lupin s’est figée… Un beau gâchis malheureusement!

Publié dans Série | Laisser un commentaire

Les news de la semaine : Clash of the Titans

Alors que le 1er épisode de Loki donne enfin de bons espoirs pour les productions télévisuelles issues de Marvel Studios, le casting de She-Hulk vient de révéler un ajout de poids, avec la participation de Jameela Jamil. Si l’actrice n’est pas spécialement connue (on a pu la croiser dans la série The good Place), c’est surtout le personnage qu’elle incarnera qui donnera lieu à quelques confrontations musclées! Face à la massive Miss Hulk jouée par Tatiana Maslany, elle campera Titania, une bad girl bien puissante de l’univers Marvel! Le perso a été créé en 1984 dans le tout premier crossover Marvel, Les Guerres Secrètes, et on est bien curieux de voir comment cette humaine transformée par Fatalis sera adaptée à l’écran! Vu qu’elle est capable de soulever une centaine de tonnes et qu’elle est dotée d’une peau agissant comme une cuirasse, cela devrait donner quelques combats dantesques face à Jennifer Walters!

 

Le reboot de The Toxic Avenger poursuit tranquillement son bonhomme de chemin, et son casting ne cesse d’étonner! On savait déjà que Peter Dinklage et Jacob Tremblay seraient de la partie, on apprend aujourd’hui que Kevin Bacon viendra également s’amuser avec Melvin! Bacon sera l’antagoniste principal du film, et devra lutter contre un Dinklage transformé en Toxic Avenger!!!

Publié dans Les news de la semaine | Laisser un commentaire

Le clip de la semaine : Cut Chemist feat Laura Darlington – Home away from Home

Non, il ne s’agit pas du titre du dernier film Spider-Man, mais celui d’une collaboration très intéressante entre Cut Chemist et Laura Darlington. Cut Chemist est un DJ et producteur américain ayant débuté avec Unity Committee, groupe qui deviendra célèbre sous le nom de Jurassic Five. Laura Darlington est une artiste et musicienne américaine, ayant exposé ses oeuvres à travers le monde et qui a collaboré avec le DJ sur ce très beau morceau électro, sublimé par la mise en scène inspirée de Govind Rae!

 

Publié dans Le clip de la semaine | Laisser un commentaire

Those who wish me dead (Taylor Sheridan, 2021)

Ce film fait partie des nombreux sacrifiés ayant vu leur sortie au cinéma repoussée puis carrément annulée, et il se retrouve aujourd’hui simplement balancé sur la toile… C’est bien dommage car il aurait mérité une diffusion moins discrète, cette adaptation de roman s’avérant plutôt intéressante, et bénéficiant d’un casting prestigieux! Angelina Jolie, Aiden Gillen, Nicholas Hoult, Jon Bernthal… On a droit à une poignée d’acteurs talentueux, qui se mettent au service d’une histoire prenante, et le résultat s’avère réussi!

Michael Koryta adapte son propre roman avec Charles Leavitt et Taylor Sheridan, ce dernier portant le script à l’écran. On a une multitude de personnages dont on ne va pas comprendre immédiatement les liens, mais l’emballement des événements va permettre des croisements plus ou moins dangereux entre chacun. Tout démarre avec un duo de tueurs complémentaire, incarné par Aiden Gillen et Nicholas Hoult. Gillen joue le mentor tandis qu’Hoult est le suiveur, et ils jouent leurs personnages avec beaucoup de réalisme jusque dans les moindres détails. Vous connaissez forcément Aiden Gillen si vous avez regardé Game of Thrones, puisqu’il incarnait le versatile Littlefinger! Et si vous avez vu la saga X-Men, vous reconnaîtrez les traits de Nicholas Hoult sous la fourrure bleue du Fauve (la version jeune)! La manière dont ils gèrent leurs affaires est plutôt habile, et ils tentent de laisser le moins de place possible aux impondérables, et on sent nettement ce professionnalisme à l’oeuvre.

Angelina Jolie campe une femme au comportement auto-destructeur, membre d’une unité de pompiers d’élite, intervenant en parachute sur les immenses brasiers pouvant sévir dans le Montana. Elle gère difficilement un trauma vécu l’année précédente, et va se retrouver dans une situation qui l’aidera peut-être à tourner la page… Elle offre une composition intéressante et émotive, et donne vie à un personnage torturé avec beaucoup d’empathie. Jon Bernthal joue le shérif local, et il est bien plus respectueux du calme sur la voie publique que dans son rôle de Frank Castle dans The Punisher! ^^ Il apporte comme à son habitude une densité palpable à son personnage, et ça fait réellement plaisir de le revoir! Mais finalement, ils se font tous voler la vedette par Finn Little, acteur australien de 14 ans qui campe Connor, un ado pris dans un engrenage infernal et qui tente d’échapper aux 2 tueurs lancés à ses trousses. Il développe un jeu réellement captivant, dans lequel on sent le combat intérieur permanent pour savoir s’il doit se laisser aller à ses émotions ou non. Ses dialogues avec Angelina Jolie prouvent à quel point il est talentueux, du haut de son jeune âge!

Those who wish me dead va prendre place dans les immensités forestières du Montana, et la caméra de Taylor Sheridan va mettre en valeur ces paysages majestueux, tout en démontrant la force destructrice fascinante des flammes lors des incendies… Tous ces personnages vont tenter de suivre leur mission ou simplement de survivre dans cet environnement sauvage, et on va assister à certaines séquences bien percutantes, comme lors de quelques gunfights inattendus. Il y a un mélange de calme et de tension sous-jacente permanente, qui démontre le savoir-faire de Sheridan en matière de mise en scène, et il va optimiser ces décors naturels pour donner un très beau relief à sa visualisation de ce récit. Les plans sur la tour de garde donnent par exemple un très beau rendu, et on sent une réelle volonté de lier ce récit prenant à toute la nature dans laquelle il se déroule.

Ce thriller va réellement mettre l’accent sur ses personnages, en proposant une analyse du mode de fonctionnement de chacun, et en s’intéressant également à la construction des liens entre ces protagonistes. C’est plutôt intéressant de voir comment le tueur interprété par Aiden Gillen tente de manipuler ses victimes lors de certains dialogues, mais il va parfois tomber sur des gens coriaces… Et il y a quelques séquences de violence soudaine qui s’avèrent surprenantes, et qui sont surtout bien maîtrisées.

Those who wish me dead est une bonne petite surprise, qui ne va pas révolutionner le genre, mais qui est traitée avec un vrai sens de la profondeur, tant dans l’écriture des personnages que dans la mise en scène, et ça fait plaisir de sentir une telle implication. Et il permet de découvrir un excellent acteur, qui a un bel avenir devant lui!

Publié dans 2020's, Cinéma | Laisser un commentaire