L’Arme fatale saison 2 (2017)

Je me rappelle à quel point j’étais dubitatif (le mot est faible) lorsque j’avais appris qu’on avait osé touché à la saga mythique pour en faire une série télé… Et pourtant, malgré cette méfiance et ces à-priori certains, j’avais été vraiment bluffé par la haute tenue d’une première saison vraiment très réussie! Clayne Crawford se réappropriait le rôle de Martin Riggs avec une vivacité et une profondeur impressionnantes, et Damon Wayans endossait le rôle de Roger Murthaugh avec une belle dimension familiale et une bonne dose d’humour, ce qui ne l’éloignait finalement pas trop de Ma Famille d’abord! Bon, je ne vais pas vous refaire la critique de la saison 1, si vous voulez la lire, ça se passe par ici!

On avait laissé Martin Riggs sur une mission très délicate en fin de saison, puisqu’il devait se rendre au Mexique afin de tuer un chef de cartel responsable de la mort de sa femme. On pensait du coup que la saison allait se dérouler en grande partie en-dehors des Etats-Unis, mais sa vengeance aura finalement été très expéditive, puisqu’il reviendra rapidement aux USA! Ce qui faisait la très grande réussite de la saison 1, c’était sa justesse dans l’écriture et dans l’émotion, avec un équilibre parfait entre l’humour et le drame. Martin Riggs est un homme à fleur de peau et toujours sur le fil du rasoir, ce qui donnait tout son charme aux films et à cette saison 1. Dans cette seconde saison, on sent que la formule a été payante et qu’on souhaite surtout la garder intacte, mais il y a un petit effet de répétition qui se fait sentir… Le duo Clayne Crawford/Damon Wayans fonctionne toujours, mais on sent que les situations sont plus calculées et moins instinctives.

On nous ramène également un certain Leo Getz, qui n’a malheureusement pas la présence et la fibre comique d’un Joe Pesci! L’acteur Thomas Lennon gesticule comme il peut et parvient à sauver les apparences, mais il n’a pas l’aura et la folie du Leo Getz originel! Tout au long de ces 22 épisodes, on sent que la construction scénaristique joue avec quelques facilités, dans le sens ou il y a à chaque fois une enquête en cours qui sera résolue en un épisode, tout en y mêlant les joutes familiales des Murtaugh et les tendances suicidaires de Riggs. Et à force, on commence à rapidement deviner qui est le méchant de l’épisode de la semaine, car ce n’est jamais celui qui semble tout désigné… Malgré cela, on suit encore avec plaisir ces retrouvailles hebdomadaires avec cette tête brûlée et ce vieux flic qui aimerait tellement être tranquille, et leurs aventures fonctionnent en mêlant action, explosions et humour. Les moments entre la psy Maureen Cahill et Riggs constituaient une des très belles réussites de la saison 1, ici on sent encore une fois une certaine redite dans ce schéma… Sauf à un rare moment ou Riggs commence enfin à se confier vraiment.

Il y a de bons personnages secondaires, mais qui sont trop souvent en retrait, comme le médecin-légiste Scorsese, l’agent Bailey, le capitaine Avery qui doit constamment rattraper les bourdes de ses 2 agents, ou la famille Murtaugh avec Trish, Riana et Roger Jr. Une évolution intéressante est à noter avec les flash-backs consacrés à la jeunesse de Martin, et à la relation difficile avec son père. Par contre ces aspects familiaux prennent trop d’importance dans son présent, selon moi. Riggs va tenter de recommencer une vie amoureuse, ce qui ne sera pas de tout repos pour un homme aussi perturbé que lui… Mais il y a des aspects touchants, même si on préfère le personnage en mode torturé finalement!

Cette seconde saison est donc en-dessous de la première mais se regarde agréablement, par contre il s’agit de la dernière pour l’acteur Clayne Crawford, viré pour harcèlement moral! En effet, son comportement à priori odieux sur les tournages lui auront coûté sa place, puisque la production a tout simplement décidé de le bannir! Un comble pour une série dont il est le personnage principal, et qui va pourtant connaître une saison 3! C’est Sean William Scott, le Stiffler d’American Pie, qui reprendra le flambeau en jouant le rôle du demi-frère de Martin Riggs (histoire de garder le nom de famille)! C’est une situation assez dingue, et méritée pour Crawford apparemment, même s’il incarnait à la perfection cette version du personnage. Mais cela prouve que personne n’est à l’abri, et ce type de comportement inacceptable se doit d’être puni. Maintenant, j’avoue ne pas être fan de Sean William Scott, donc l’aura de la série risque de ne pas être la même… Mais c’est une décision qui a dû être très difficile à prendre, et sachant qu’il y a tout un staff qui bosse dur sur une série, les agissements d’un seul homme ne méritent pas de sanctionner toute une équipe…

Ce contenu a été publié dans Série. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *