Les Gardiens de la Galaxie (James Gunn, 2014)

Cela fait maintenant 6 ans déjà que Marvel Studios a commencé à mettre en place son univers cinématographique, et le pari était risqué à l’époque. Un milliardaire sans super-pouvoirs mais avec une armure, un Robert Downey Jr. loin d’être une star… Mais Marvel et Jon Favreau nous avaient concocté un pur film innovant et captivant, créant une recette qui mêlait avec beaucoup d’efficacité l’action et l’humour, et Downey Jr. parachevait tout ce travail grâce à sa verve et sa personnalité hors norme. Iron Man était né, et le studio s’imposait d’entrée de jeu comme un rival de poids face aux X-Men de la Fox et au Spider-Man de Sony. La suite, vous la connaissez, avec Thor, Captain America: first Avenger, etc… Jusqu’à aboutir au film choral Avengers, que Joss Whedon nous balançait avec un sens du rythme et un côté décomplexé qui en faisait un vrai bonheur cinématographique.

Au fil des ans, Marvel Studios a su trouver son rythme de croisière, et même si leurs films ne sont pas toujours réussis, ils n’ont en tout cas pas peur de prendre des risques en élargissant leur palette. De la technologie d’Iron Man à la Seconde Guerre Mondiale avec Captain America: first Avenger, en passant par la mythologie avec Thor ou le film de monstre avec L’incroyable Hulk, on ne peut certainement pas leur reprocher de rester sur leurs acquis. Il faudra encore avoir quelques explications sur le cas Ant-Man, mais on commence à entrapercevoir les motifs des désaccords entre le studio et Edgar Wright… Mais en tout cas, adapter un comics mineur traitant d’une équipe de losers pour leur premier film ne se déroulant pas sur Terre, il fallait oser évoquer un tel projet! D’autant plus que si une équipe de Gardiens de la Galaxie existait déjà en 1969 dans les comics, la composition actuelle date de 2008, et c’est celle-ci qui est transposée dans le film. En gros, James Gunn adapte un comics qui est né à la même époque que le film Iron Man!

Il n’y a donc pas des décennies de background derrière ces losers de l’espace, et le pari était plutôt inattendu. En même temps, Marvel avait posé de solides bases depuis 6 ans, et les risques étaient forcément moindres, puisqu’ils avaient pu rallier au fil des ans une masse considérable d’aficionados. Mais quand même, balancer une équipe composée de voleurs, de tueurs, d’un raton laveur et d’un arbre, il y avait forcément plus consensuel à trouver dans le catalogue Marvel! Mais les studios se sont dirigés dans la direction d’un film spatial, et ont eu l’excellente idée d’embarquer James Gunn à son bord!

Sans James Gunn, Les Gardiens de la Galaxie n’aurait pas du tout la même signature! Le trailer mythique qu’il nous avait balancé avait enflammé la toile, et avait soudainement donné consistance à un projet qui était jusque-là considéré comme une simple curiosité annexe dans le Marvel Cinematic Universe. D’entrée de jeu, il nous balance une scène pré-générique qui nous prend à revers avec son émotion pure, et il enchaîne ensuite avec une présentation du personnage principal qui dénote totalement, avec un humour et un sens musical géniaux! Alors disons-le tout de suite, la musique tient une place primordiale dans Les Gardiens de la Galaxie, et assure un rythme incroyable au long métrage de Gunn! Et en plus, l’origine de cette musique tient beaucoup à coeur à Peter Quill, et l’alliance entre sa funk attitude et sa nature profonde sont à l’image de ce qu’est le film: un trip spatial sévèrement groovy, ponctué de moments d’émotions aussi intenses que surprenants, et agrémenté d’un humour d’une justesse incroyable! Je ne l’ai pas encore dis? Ah non, ben Les Gardiens de la Galaxie est un pur chef-d’oeuvre (et il se classe directement 4ème au Palmarès Interblogs!)!!!

Le scénario de base de Nicole Perlman a été retravaillé par Jaes Gunn, et l’histoire qu’ils ont créé possède un rythme endiablé et qui se calque à merveille sur cette BO démentielle qui parsème tout le film! Blue Swede, David Bowie, les Jackson 5, Marvin Gaye et j’en passe, James Gunn nous sert des morceaux tout simplement géniaux qu’il utilise avec une efficacité redoutable, et qui donnent au film une dimension encore plus forte! Rarement la musique aura aussi bien servi un long métrage, et le walkman de Peter Quill est une bénédiction!

Sinon, cette équipe de losers est accessoirement censée protéger la galaxie, et leur rencontre est ponctuée là encore d’un humour bien senti et de quelques scènes d’action tout simplement géniales! La caractérisation de chaque personnage a été travaillée avec un soin impressionnant, et on procède par petites touches pour découvrir un peu du passé de chacun, sans trop en dévoiler au final. Rocket et sa gouaille, Groot et sa nature flegmatique, Drax et sa colère, Gamora et sa dualité, et Peter Quill et son air de gamin écervelé; chacun va révéler et se révéler davantage que ce qu’il pense être et avoir à donner, et on va assister à la construction d’une équipe très hétéroclite et singulière, mais dont la force va justement résider dans le côté inhabituel de bosser ensemble pour eux. Habitués à oeuvrer en solo, l’entente ne va pas se faire sans quelques grincement de dents et cliquetis de métal, mais le film présente la naissance d’une vraie fraternité au sein de ces Gardiens. Ils vont découvrir quelques bribes de l’histoire de chacun, et vont être amené à reconsidérer leurs différents points de vue, pour commencer à laisser germer la possibilité d’une entraide, et encore plus fort, d’une véritable amitié. C’est franchement beau et émouvant.

Les acteurs sont géniaux dans leurs rôles respectifs, Chris Pratt le premier, lui qui sans le soutien de Gunn n’aurait jamais pu jouer Star-Lord. Il est pafait dans ce personnage de voleur roublard et charmeur, et n’est pas sans rappeler un certain Han Solo. Zoe Saldana est toujours aussi à l’aise avec les personnages de guerrières, et elle campe une Gamora plus que convaincante. Dave Bautista utilise sa masse impressionnante pour jouer Drax, mais il n’est pas aussi monolithique que ça, et offre quelques moments d’humour toujours aussi bien écrits. Les personnages en images de synthèse que sont Rocket et Groot sont géniaux, et achèvent de faire de cette équipe quelque chose de démentiel!

Face à eux, on a un tyran qui aimerait bien dominer le monde en la personne de Ronan l’Accusateur, joué avec conviction par Lee Pace. Ronan est un être sans pitié, qui obéit à un Titan encore plus puissant, Thanos… A ses côtés, il peut compter sur Nebula (Karen Gillan), fidèle prête à tuer les Gardiens. Le côté space opera renvoie avec subtilité et nostalgie à Star Wars, et on ressent beaucoup d’amour pour les séries B des années 80, comme Indiana Jones également. James Gunn est un fervent admirateur du cinéma qui le faisait rêver quand il était gamin, et celui qui a commencé chez Lloyd Kaufman rend un vibrant hommage à ce pan du cinéma! Les Gardiens de la Galaxie est d’une densité absolue justement grâce à cette synergie entre la modernité de son écriture et sa texture savoureuse héritée du passé! James Gunn a réussi a faire le lien entre deux mondes pour créer une oeuvre inégalée, qui dépasse largement le cadre du film de super-héros pour s’imposer comme un pur chef-d’oeuvre!

Je pourrais encore écrire pendant des heures en évoquant Michael Rooker qui est excellent dans le rôle de Yondu, Benicio Del Toro génial en Collectionneur, de la scène post-générique qui est à l’image de ce que James Gunn a fait avec le film, mais pour résumer, Les Gardiens de la Galaxie est parfait, même dans ses légères imperfections! Un space opera incroyable, traversé par une énergie et une musicalité géniales, ponctué de moments totalement dingues et qui se permettent un second degré rarement atteint, et une émotion vibrante qui se glisse sous une action ébouriffante! Avec ce film, Marvel a remonté la barre de plusieurs crans, et James Gunn est parvenu à créer un univers dans lequel on a véritablement envie de replonger! Et ça tombe bien, c’est lui qui mettra en scène Guardians of the Galaxy 2!!! Bref, tout ça pour dire que ce film est magnifique, qu’il possède l’âme de ces oeuvres qui nous émerveillaient quand on était gamin, et qu’il se pose instantanément comme un film culte! Je suis certain d’une chose, c’est qu’il aura le même effet pour les mômes d’aujourd’hui qu’Indy et Luke ont eu il y a quelques décennies! Les Gardiens de la Galaxie est le meilleur film que Marvel ait produit, et très probablement l’un des meilleurs films qu’Hollywood ait produit!!!

Ce contenu a été publié dans 2010's, Adaptations Marvel, Cinéma. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *